Rebondir après un succès

Quand on se lance dans l’écriture, on ne pense pas vraiment au succès, aux ventes, au classement. Pour être honnête quand j’ai écrit Maintenant et à jamais, j’avais juste envie d’écrire. Et en fait, tout était tellement plus simple à l’époque, pourtant c’était il y a seulement trois ans. Je voulais écrire l’histoire d’Emma et Ian, puis la publier pour aller au bout de mon aventure. Je n’avais pas pensé à l’après. Enfin si, je comptais écrire un autre livre. C’était ça mon après. J’ai dû vendre une vingtaine de livres le mois de son lancement et j’étais tellement heureuse! C’était déjà dingue. On lisait MON livre. Celui que j’avais écrit, MOI! Incroyable!

Puis le deuxième livre, le troisième et ainsi de suite. La machine en route, la communauté se développe. Les lecteurs sont au rendez-vous. On croise des auteurs, des chroniqueurs, on noue des relations, le nombre d’abonnés augmente, on participe à des projets. La machine “auteur” est lancée à tous les niveaux: écriture, rencontres, promotion, réseaux sociaux, articles etc Je dois dire que depuis le début, je n’ai pas à me plaindre (bon j’ai travaillé pour aussi, vous vous en doutez), mes livres ont assez vite marché et j’ai atteint le SMIC au troisième roman, puis un meilleur “salaire” au quatrième.
S’en est suivi un cinquième roman Un souffle de vie“. Et là… l’explosion.
Pour ceux qui n’ont pas suivi la petite aventure, Un souffle de vie est entré dans le top 100 Amazon peu de temps après sa sortie. Il y est resté pendant 6 mois, jusqu’à monter à la troisième position. Il a donc explosé tous les records : ventes, commentaires, pages lues, emprunts, classement, durée dans le top 50 et redevances, car forcément les redevances ont suivi et le montant a quadruplé très rapidement. Mes autres romans qui marchaient déjà bien ont reçu de nouveaux commentaires (Maintenant et à jamais a dépassé les 200 commentaires) et ont aussi rencontré de nouveaux lecteurs. Forcément, Amazon s’est mis à me proposer davantage de promotions (pas toujours validées bien sûr), mais le Prime ou les Promo du mois permettent de poursuivre ce cercle vertueux.
Pour résumer, mes romans qui avaient déjà une bonne visibilité, des commentaires, des lecteurs ont reçu un coup de boost de la part de mon dernier “Un souffle de vie”. Pour moi, c’est un réel succès. Le succès est subjectif et propre à chacun. Je n’avais pas d’objectif particulier quand j’ai commencé. Pas d’objectif de vente, de classement, de redevances, rien. Je voulais juste écrire et publier mes livres. Avec le temps, on se prend au jeu, on a envie que ses livres soient lus, on a envie que les lecteurs les découvrent, on a envie de recevoir de jolis commentaires, on a envie d’écrire encore plus, c’est normal. On devient auteur, en tout cas, on a l’impression d’être plus légitime qu’au début (c’est un ressenti personnel pas une vérité absolue). Donc j’en reviens au succès, pour moi, c’est un succès, pas à la hauteur d’un Musso, d’un King ou autre, BIEN SUR! Mais un succès pour moi, à mes yeux, à mon échelle et pour une auteure autoéditée.


Vous allez me dire, c’est quoi le problème? Bah le problème c’est qu’avant c’était facile. J’ai écrit et enchainé les livres, pour en publier deux par an, sans me poser de questions. J’écrivais. Point. Quand un livre sortait, je travaillais déjà sur le suivant, jusqu’à mon dernier roman. Après Un souffle de vie, plus rien. Plein de choses se sont mises en travers de l’écriture, des choses que j’ai choisies ou presque : mon travail déjà, puisque j’ai eu ma classe et ça m’a demandé beaucoup d’investissement. Je ne naviguais plus d’école en école et de classe en classe. Mais j’ai aussi lancé d’autres projets: des recueils, la chaine Youtube, puis le podcast. Tous ces projets qui me comblaient ont aussi empiété sur l’écriture. Quand je me suis rendu compte que les mois passaient, jusqu’à atteindre un temps anormalement long (en suivant mon rythme j’aurais déjà dû publier un nouveau roman), j’ai commencé à me poser et à réfléchir aux vraies raisons de cette absence d’écriture (j’écrivais autre chose, par exemple des nouvelles, mais pas de roman).
Je papillonnais d’idées en idées, sans me positionner, sans me lancer dans une vraie préparation de roman. Impossible de m’abandonner à un projet. Je repoussais encore et encore. Et j’ai compris! J’ai compris que j’avais peur.

Peur de quoi? Peur de faire moins bien, peur d’échouer, peur que mon prochain livre ne soit pas apprécié, qu’il soit comparé à Un souffle de vie. Une fois que j’ai compris pourquoi je bloquais, je me suis raisonnée et j’ai profité du Camp Nano pour me fixer mon objectif (je ne me suis pas lancée du jour au lendemain bien sûr, il m’a fallu quelques semaines). J’ai pensé à Elizabeth Gilbert et à une conférence TED que j’avais regardée sur Youtube il y a quelques années ainsi qu’à son livre “Comme par magie, car j’étais pile dans le sujet. Je ne me compare pas à cette auteure qui a écrit le Best Seller “Mange, prie, aime“, mais ses mots me parlaient parce que je comprenais, à mon échelle, ce qu’elle disait. “

Extrait : “Et croyez-moi, je suis très reconnaissante d’être cette personne, parce que tout ce « Mange, prie, aime » a été une vraie chance pour moi. Mais ça m’a aussi laissée dans une position délicate : avancer en tant qu’écrivain en essayant de comprendre comment j’allais pouvoir écrire un autre livre qui plairait autant, parce que je savais déjà que tous ces gens qui avaient adoré « Mange, prie, aime » auraient été incroyablement déçus par tout ce que j’aurais écrit après, parce que ça n’aurait pas été « Mange, prie, aime », et tous ceux qui avaient détesté « Mange, prie, aime » auraient été incroyablement déçus par tout ce que j’aurais écrit après parce que ça aurait prouvé que j’étais encore vivante. Je savais qu’il n’y avait pas moyen de gagner, et le savoir m’a fait sérieusement envisager pendant un certain temps de tout abandonner et déménager à la campagne pour élever des chiens. Mais si je l’avais fait, si j’avais abandonné l’écriture, j’aurais perdu ma très chère vocation. Je savais donc que la tâche était de trouver un moyen de stimuler l’inspiration pour écrire le livre suivant indépendamment des résultats négatifs inévitables. En d’autres termes, il fallait que je m’assure que ma créativité survive à son succès. Et à la fin, j’ai trouvé inspiration, mais je l’ai trouvée dans le plus improbable et inattendu des endroits. Je l’ai trouvée dans des leçons que j’avais apprises plus tôt dans la vie sur comment la créativité peut survivre à ses échecs. “

Alors je me suis rappelé que ce que j’aimais c’était l’écriture. Ecrire, me plonger dans une histoire, rencontrer mes personnages, passer un message fort, faire entendre ma voix pour émouvoir, toucher les lecteurs. Et je me suis lancée. Je me suis dit que de toute manière, c’était le premier jet et que j’aurai tout le temps de l’améliorer plus tard si je le sentais pas. Je ne me suis pas mis de pression, j’ai juste écrit et ça m’a fait du bien, car ça m’avait beaucoup manqué. J’ai été aidée par ce confinement qui m’a permis de prendre le temps, évidemment, car les projets étaient toujours là et mon travail aussi, mais avec une autre organisation, j’ai pu écrire ce premier jet. Et j’avais besoin de ça, passer le cap, les premières lignes, les premiers chapitres pour reprendre le chemin de l’écriture qui me plaisait tant. C’est souvent faire le premier pas qui est difficile. Mais j’ai sauté dans le vide, le coeur battant, impatiente et stressée en même temps.
Maintenant, je n’ai qu’une envie, écrire le suivant. Est-ce que je n’ai plus peur? Oh mon dieu, si! Il faudra le relire, le retravailler, trouver la couverture, le titre et croiser les doigts pour qu’il plaise pour ce qu’il est lui. Pour son histoire. Pour son message. Pour son contenu. Car il n’a pas à être comparé, tout comme on ne doit pas comparer deux personnes. Chaque être est unique et chaque livre aussi. C’est un roman à part entière, il plaira à certains et pas à d’autres, comme tous mes romans. Il marchera plus ou moins que les précédents, qu’importe. Il tracera son chemin et je continuerai d’écrire quand même, car il n’y a pas de raison que j’arrête puisque c’est ce que j’aime. On a tous un petit stress en publiant un roman, et finalement, “réussir” met une pression supplémentaire et je plains les grands auteurs qui doivent avoir une pression monstrueuse sur les épaules, comme les grands acteurs d’ailleurs ou les réalisateurs etc. Je me dis qu’ils doivent avoir un sacré mental pour avancer malgré cette pression, les jugements, et les critiques. Je suis toute petite à côté des grands noms, mais à mon échelle, je comprends, et je me dis que ma place est plutôt cool au contraire et que je dois me contenter de savourer, car finalement, je suis la seule à me mettre la pression (vous voyez le perfectionnisme et le syndrome de l’imposteur – sujet de mon épisode de podcast de la semaine- pointer son nez?). Tout ça pour dire que différentes émotions verront le jour au cours de votre carrière d’auteur, joie, peur, stress, déception, colère… Et qu’il faut vraiment se blinder et savoir rebondir. J’ai la chance d’avoir un bon mental, et je ne suis pas du genre à abandonner. Je sais me mettre un coup de pied aux fesses quand il le faut, mais je vois tellement d’auteurs abandonner face aux difficultés (des difficultés qui tiennent souvent au peu de ventes, à la difficulté de terminer un roman ou au manque de visibilité), que j’avais envie de partager mon expérience. Car finalement qu’importent les raisons, l’important c’est de développer son mental, sa confiance en soi, son estime de soi et se rappeler que ce qui compte c’est ce qu’on ressent quand on écrit, que c’est ce qu’on aime et que c’est notre rêve!

Honnêtement, ça fait des semaines que je veux écrire cet article, mais je n’osais pas. Je l’ai repoussé maintes fois sur mon planning. J’avais la trouille. Ouais encore! Peur de me mettre à nu alors que j’essaie, au contraire, dans mon contenu, d’aider les autres, de donner des astuces et de la motivation. J’ai créé Rêve d’auteur pour motiver les troupes, pour aider les auteurs à réaliser leur rêve. J’ai créé la chaine Youtube et le podcast dans le même but. Mais finalement, je me suis dit que c’était bien de voir que le chemin n’est pas tout rose. Car c’est la vérité, et c’est comme la vie, c’est fait de plein d’émotions, de hauts et de bas. Chaque auteur traverse des moments difficiles, de doute, de peur, de déception, mais il faut quand même avancer. Il ne faut pas s’effondrer, abandonner et faire marche arrière, non, il faut continuer de faire ce qu’on aime, parce qu’arrêter d’écrire, ce serait bien pire qu’échouer. Arrêter d’écrire, ce serait bien pire que ces quelques moments de doute.

J’espère en tout cas que cet article vous aidera, et pas seulement dans le domaine de l’écriture, car je crois qu’au fond, l’essence de mon message du jour s’applique à bien des domaines de la vie en général. ♥

A bientôt,

Audrey

Categories:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :