Archives de
Étiquette : inspiration

Jeu d’écriture n°3

Jeu d’écriture n°3

Salut la compagnie,

On se retrouve pour parler écriture aujourd’hui. En effet, je vous propose un troisième jeu d’écriture.

Au programme? Ecrire à partir d’une photographie!

Parfois, l’inspiration peut manquer, parfois, il est difficile de faire le point sur ses idées. Alors pourquoi ne pas vous aider d’un outil afin de trouver l’inspiration? Vous pouvez évidemment partir d’un lieu, d’une peinture, d’un dessin… mais la photographie offre aussi beaucoup de possibilités.

Sur internet, il y a de multiples choix, vous pouvez piocher dans différents thèmes et sur de nombreux sites. L’idéal étant de se servir de photographies que vous ne connaissez pas, et non pas de photos personnelles.

Et ensuite? Eh bien, il faut laisser parler votre inspiration, écrivez une scène, un résumé, un dialogue, une scène de ce qu’il s’est passé avant ou après. Bref, laissez les mots se déployer sur le papier ou le clavier. Ne réfléchissez pas, commencez par noter les mots, les émotions, les idées qui vous viennent, même si c’est dans le désordre. Et puis, si l’envie vous gagne de développer ces idées, alors tentez d’écrire une ou deux phrases, ou pourquoi pas un texte entier.

Il ne faut pas vous fixer d’objectif, pas de pression, pas de frustration, rien de désagréable. Il faut simplement couper le bouton « on » et laisser l’inspiration faire le reste sans vouloir organiser ou réguler ce flot de mots.

Afin de vous aider à démarrer, je vous propose quelques photographies.

Regardez-les, et arrêtez-vous sur celle qui vous interpelle et vous provoque des émotions (bonnes ou mauvaises…).

Et n’hésitez pas à partager votre expérience en commentaire.

A bientôt,

Audrey

Jeu d’écriture 1

Jeu d’écriture 1

Salut la compagnie,

Pour changer de mes articles habituels, j’avais envie de temps à autre de vous proposer des petits jeux d’écriture.
Lorsqu’on est auteur, on doit s’entraîner, se perfectionner, écrire souvent. Bien sûr, on écrit des nouvelles ou des romans, mais on n’a pas toujours envie de se lancer dans un gros projet. Parfois, cela fait du bien de changer de ses textes en cours pour s’adonner à un petit jeu.


Alors voici le tout premier: écrire une scène de rencontre entre deux personnages.

Pour écrire cette scène, vous pouvez partir de n’importe quel personnage, dans n’importe quel lieu, à n’importe quelle époque. Et vous devez imaginer cette unique scène, tout en prenant conscience que ces personnages ont un passé et un présent qui peuvent être plus ou moins complexes.

Vous pouvez aussi imaginer quelle sera la suite de cette scène, une histoire d’amitié? d’amour? un emploi? une dispute? une séparation? un bébé? une maladie? bref une panoplie de possibilités s’offrent à vous! Soyez inventifs!

Si jamais vous avez du mal à vous limiter ou à vous lancer car le choix est trop vaste, je vous propose quelques contraintes (un contexte pour votre scène).

Cas 1: Dans un supermarché. Une mère au foyer débordée et une star de cinéma masculine.

Cas 2: Dans le métro. Une vieille dame et un étudiant.

Cas 3: Dans une soirée. Un homme malade et son ex compagne.

Cas 4: Au cinéma. Deux inconnus.

Cas 5: Dans un taxi. Deux hommes.

Cas 6: 1943. Un enfant juif et un homme allemand.

Que vous écriviez une page, trois pages ou dix pages. Qu’importe! Laissez libre cours à votre imagination. Ne vous fixez aucune limite, aucune règle. rien. Laissez vos pensées et votre inspiration prendre possession de votre plume. Ici, il n’y a pas d’enjeu, juste le plaisir de coucher les mots sur le papier.

Et n’hésitez pas à me faire un retour en commentaire.

Bonne écriture!

A bientôt,

Audrey

Trouver une idée d’histoire

Trouver une idée d’histoire

 

 

Salut la compagnie,

Aujourd’hui, je vous propose un article concernant l’écriture. Lorsque l’on a envie d’écrire un livre, il est parfois difficile de trouver la bonne idée, de trouver l’idée qui permet de se lancer, de trouver l’idée qui nous motive à écrire un roman entier. Je vais donc vous donner quelques pistes pour vous aider.

1- Faites le tri

Soit vous n’avez pas d’idée, soit vous en avez trop. Parfois, au cours d’une journée, on peut être inspiré par plein de petites choses, un article, un film, un événement du quotidien, un mot, bref on peut avoir beaucoup d’idées, mais toutes ne sont pas bonnes à exploiter. Une idée ne suffit pas, il faut qu’elle devienne consistante et qu’elle permette d’écrire un roman entier. Donc faites le tri.

2- Ecrivez ce que vous aimez

Si vous adorez le fantastique, que vous ne lisez que ça, alors n’allez pas écrire un thriller juste parce que tel ami auteur le fait ou parce que tel écrivain célèbre cartonne etc Il faut écrire ce qu’on aime. Il est plus facile d’écrire dans un domaine qui nous fait vibrer. Ne vous forcez surtout pas à écrire dans un autre domaine car « ça vend » ou « c’est ce qui marche en ce moment ». Ecrivez ce que vous aimez.

Rien n’empêche évidemment d’écrire dans plusieurs genres différents. Mais il faut le faire avec ses tripes et son coeur et non pas par besoin de succès ou autre.

 

3- Sortez, observez.

Rester enfermé à la maison à tenter de trouver une idée, ça ne marche pas vraiment. Il faut sortir, s’intéresser à plein de choses, regarder des films, lire des livres, lire des articles de journaux, regarder des documentaires, des reportages. Visiter divers lieux, profiter de la vie. Les idées germent au quotidien grâce à tout ce que l’on croise dans nos vies. Et il arrive parfois qu’un sujet émerge du lot car il nous donnera vraiment envie d’en parler.

4- Faites une liste

Vous pouvez faire une liste de tout ce que vous aimez, des thèmes qui vous touchent ou vous font pétiller, de mots qui vous plaisent ou attirent votre attention. Cela vous permettra peut-être de trouver une idée qui vous inspire.

 

5- Les nouvelles

Afin d’aider à se débloquer, il faut écrire et souvent. C’est comme une machine bien huilée. Participer à des concours de nouvelles ou à des appels pour participer à des recueils peut vous aider à trouver l’inspiration plus facilement. Parfois, une nouvelle vous donnera l’envie de la développer pour un faire un roman, ou vous permettra de trouver une autre idée. Il faut écrire et écrire encore pour éviter les blocages.

6- Qu’aimeriez-vous lire?

Souvent on écrit ce que l’on aimerait lire. Une histoire qui nous fait vibrer. Demandez-vous ce qui vous fait vibrer, quels livres vous emportent ailleurs le temps d’une lecture. Peut-être y trouverez-vous une idée de roman à développer.

 

7- Notez vos rêves

Eh oui, beaucoup d’auteurs ont eu une idée de roman grâce à un rêve! Ça ne m’est jamais arrivé, en tout cas pas une idée exploitable, mais pourquoi pas. Alors au réveil, on a un carnet à portée de main et on note tout ce dont on a rêvé. Sait-on jamais!

 

8- Parler de soi

Il arrive que dans nos vies personnelles, un événement ait eu lieu. Un drame, une épreuve, une belle histoire, une anecdote… Servez-vous en! Pas besoin de faire une autobiographie bien sûr, mais un seul moment de votre vie peut parfaitement vous inspirer une histoire entière.

9- Un thème qui vous tient à coeur

Si vous vous battez pour une cause: environnement, animaux, violence, harcèlement ou autre. Alors pourquoi ne pas utiliser l’écriture pour mettre en avant cette cause? Profitez-en pour parler de ce qui vous tient à coeur.

 

10- Sortez de vieux carnets ou de vieux manuscrits des tiroirs

Souvent un écrivain n’en est pas à son coup d’essai. Il arrive qu’il ait déjà des débuts d’histoire, des histoires entières à remanier, des idées notées dans des carnets. N’hésitez pas à les dépoussiérer et à leur donner un coup de jeune. Il peut se cacher quelques pépites dans vos tiroirs.

 

J’espère que ces 10 petits conseils vous permettront de vous lancer ou de vous relancer si vous avez des difficultés à trouver une idée d’histoire. Cela peut-être une première idée de roman, mais le plus souvent il s’agit d’un blocage après l’écriture d’un livre. Alors n’hésitez pas à suivre ces quelques pistes et surtout ne vous mettez pas la pression! Si on aime vraiment écrire, l’idée finira par venir. Plus on stresse et plus on se bloque, c’est un cercle vicieux. Il faut écrire avec son coeur et tout son être.

A bientôt,

Audrey

Pourquoi j’écris?

Pourquoi j’écris?

Bonjour la compagnie,

Grand sujet! Je suis sûre que cette question vous brûle les lèvres et vous attendez maintenant depuis des mois une réponse de ma part. (C’est beau de rêver! :p)

 

La grande question posée à tous les auteurs, pourquoi écrivons-nous? Quand avons-nous pris la décision? Y’a-t-il une raison? Un déclic? Une envie depuis toujours? Des carnets noircis depuis des années qui reposent dans le tiroir d’une commode?

Eh bien voilà mon histoire (haha, c’est digne d’un film, vous ne trouvez pas?).

 

Il y a huit ans après avoir vu Twilight I (un an après tout le monde puisque le 2 sortait au cinéma), j’ai eu un coup de coeur. J’ai eu envie d’écrire à mon tour une histoire qui m’aide à m’immerger dans un autre monde, loin de la réalité, avec des créatures surnaturelles. Je me suis mise à lire des livres fantastiques en pagaille et j’ai écrit le premier tome de ce qui devait devenir une trilogie. Cela parlait de vampires, d’amour, de sorcière, de pouvoirs etc. J’étais assez contente de moi, j’écrivais jour et nuit, j’adorais ça! Je me couchais parfois à 6h du matin quand mon compagnon se levait pour aller travailler. Et puis j’ai commencé le tome 2 dans la foulée et je me suis arrêtée à la moitié. J’ai trouvé un nouveau boulot, je me suis séparée de mon compagnon de l’époque, nouvel appart, nouveau départ. En bref l’écriture a été reléguée en second plan et les manuscrits se sont perdus dans le fond de mon disque dur.

Et puis en 2015, je me lance à nouveau dans l’écriture. J’avais changé de type de lecture, j’étais passée à de la littérature générale, de la romance, des comédies. Exit le fantastique, je n’en lis plus du tout. Mes goûts ont changé, mes envies aussi. Et de toute manière après tant d’années les vampires et les sorcières il y en avait partout, mes idées n’étaient plus nouvelles mais bien vues et revues. Je suis donc partie sur une toute nouvelle histoire (le premier jet de Maintenant et à jamais). Et une nouvelle fois après avoir écrit 90 pages et terminé ce manuscrit, il s’est retrouvé au fond d’un tiroir. Je n’étais pas encore prête, je le trouvais nul et sans intérêt. Ça n’allait pas.

 

En 2016: je suis sur la Promenade des Anglais au moment de l’attentat, je vois le camion, les policiers passent devant moi arme à la main, j’entends les cris, la panique, les coups de feu, je cours pour me mettre à l’abri, bref l’histoire vous la connaissez. Quelques mois plus tard, je décide que la vie est courte et qu’il faut à tout prix réaliser ses rêves et se donner les moyens de parvenir à avoir la vie que l’on souhaite. Cette idée d’écrire un roman était toujours bien présente dans un coin de mon esprit. Je devais le faire. Fin 2016 donc, je reprends le manuscrit de Maintenant et à jamais et j’y travaille pendant des semaines, modifiant, retapant, ajoutant des scènes, encore et encore, jusqu’à ce qu’il passe de 90 pages à plus de 200. Je suis allée au bout de l’histoire et cette fois, il était hors de question de m’arrêter en chemin, j’étais motivée, déterminée. Je me suis renseignée en parallèle sur l’autoédition, je me suis formée toute seule, pour apprendre à créer une couverture, à formater un texte, à publier sur les plateformes en ligne etc et j’ai choisi, bien évidemment, la date du 14 juillet 2017 pour publier mon roman. Comme un clin d’oeil, comme une envie de faire de cette date quelque chose de plus positif que dans mon souvenir.

 

 

Voilà, je vous épargne la suite de l’histoire, car aujourd’hui, je ne vois plus ma vie sans l’écriture. C’est devenu essentiel, une passion, un besoin.
Quand vous lisez des témoignages d’auteur, il n’est pas rare de constater que leur premier roman n’est en fait pas le premier, il y a eu d’autres choses avant, des carnets noircis, des idées, des histoires commencées, inachevées etc. Pour moi, le déclic a été cet événement traumatisant dans ma vie, il m’a donné l’envie et la force d’aller au bout de l’aventure. Les années précédentes, je n’étais probablement pas encore prête à franchir le pas, à me lancer à 100%. Une manière pour moi de tirer quelque chose de positif de ce drame.

J’espère que cela vous donnera l’envie, à votre tour, de vous lancer, si jamais vous hésitez encore car il faut réaliser ses rêves, nous n’avons qu’une vie, profitons-en.

 

 

Audrey

%d blogueurs aiment cette page :