Archives de
Étiquette : panne d’écriture

La panne d’écriture

La panne d’écriture

 

Bonjour à tous,

Aujourd’hui nous allons parler écriture ou plutôt d’absence d’écriture!

Le syndrome de la page blanche

Eh oui, chaque écrivain peut se trouver confronté un jour à la page blanche. Vous savez, ce moment, qui peut durer en plus, durant lequel vous vous retrouvez devant votre ordi ou votre carnet et rien, nada! Aucune idée, aucun début de phrase, le néant!

C’est un peu la cata… ou pas, vous allez le voir.

Il n’y a évidemment pas de solution miracle pour lutter contre le syndrome de la page blanche, malgré tout, il existe des solutions qui peuvent aider à se débloquer.

 

 

Les solutions…

Certains auteurs vous diront qu’il faut se forcer à écrire. S’obliger à se mettre devant son ordinateur par exemple, tous les jours, pourquoi pas à la même heure, pendant un certain temps et écrire… tout ce qui passe par la tête… Ça peut marcher, je ne rejette aucune solution. Pour ma part, ce n’est pas du tout ma manière de fonctionner. Si on me force, je bloque c’est certain. Mais rien ne vous empêche de tenter cette technique… Par contre, attention, il ne faut pas tomber dans le travers inverse qui consiste à écrire une fois par mois, pendant 10 minutes. Il faut malgré tout être régulier lorsque l’on écrit! Il faut savoir doser. 😉

 

 

Dans cet article, je vais plutôt vous parler feeling, envie, motivation… Car de mon côté, je ne me force jamais à écrire. J’écris si j’ai envie, quand j’ai envie, au moment où j’ai envie (si je le peux évidemment!).

Voici les quelques solutions à tester, essayer, adopter ou rejeter. ^^ Chaque auteur est différent, il faut donc trouver son propre chemin d’écriture. 🙂

  • S’entourer… Parler de son histoire à son conjoint, un ami, des auteurs-amis, des bêta, bref échanger avec des tiers qui pourront vous aider à débloquer vos idées, voire vous donner des éléments nouveaux.
  • S’aérer! Hors de question de rester devant son ordi, en regardant patiemment le curseur sans parvenir à écrire un mot. C’est le meilleur moyen pour déprimer encore plus. Donc il faut prendre du recul et s’éloigner de l’écran. Prenez un carnet avec vous si besoin, mais allez faire du sport, allez vous balader, faites une activité avec vos enfants, votre conjoint, des amis, bref faites autre chose!
  • Noter dans un carnet tout ce qui vous passe par la tête (une odeur, un paysage qui vous plait, un mot qui évoque quelque chose, un souvenir, un fait divers). Cela n’aura peut-être pas de sens immédiatement, mais qui sait? Peut-être est-ce le début d’une histoire!
  • Lire. Il n’est pas question de plagier, bien évidemment, mais lire ouvre l’esprit, aide à comprendre la structure d’un livre, développe l’imagination. Ça ne peut que vous aider dans votre travail d’écriture!
  • Sauter la première phrase. Parfois, on peut bloquer sur la première phrase, voire le premier paragraphe d’un roman. Soit, sautez le, sautez le premier chapitre si il le faut, vous y reviendrez plus tard!
  • Faire un plan! Certains auteurs écrivent sans plan, voire sans préparation, ou peu. De mon côté, j’en suis incapable, j’ai besoin d’une trame, d’un plan de mon roman, de savoir où je vais. Bien sûr, je modifie des choses au fur et à mesure, j’ajoute, je retire, je modifie. L’histoire n’est jamais figée, mais j’ai besoin d’avoir un plan de chaque chapitre avec une idée de ce que je vais mettre dans chacun d’eux. Si vous avez tendance à vous retrouver bloqué en plein milieu de l’histoire c’est que vous n’avez peut-être pas suffisamment travaillé l’histoire en amont. Il faut donc reprendre le projet et le détailler.
  • Ne pas se culpabiliser ou se rabaisser. Tous les auteurs peuvent connaitre la page blanche ou la panne d’écriture. Et alors? Tant pis! Ce n’est pas irréversible, ce n’est pas grave. ça peut arriver. Peut-être que l’histoire est bancale, peut-être qu’il vous manque un élément clé, peut-être que vous avez d’autres soucis, peut-être que vous êtes occupé ailleurs. C’est la vie! Soufflez, ne culpabilisez pas et revenez-y plus tard!
  • Prendre du plaisir! Demandez-vous pourquoi vous écrivez, pourquoi vous avez commencé. Oubliez le nombre de ventes, de lecteurs, les commentaires, la concurrence. Pensez plaisir! Écrire doit absolument demeurer un plaisir, une envie de coucher les mots sur le papier en faisant abstraction de tout autre enjeu! Il n’y a rien de pire que de bloquer l’écriture en raison de la pression que l’on s’impose!
  • Fixez vous de petits objectifs. Si vous avez besoin d’un cadre clair, fixez vous des objectifs: ce soir j’écris telle scène. Avant la fin de la semaine, j’écris tel chapitre. Avant la fin du mois, je dois avoir écrit 20 pages. Bref avancez par palier si l’organisation vous aide à concrétiser vos projets.
  • Ne pas vouloir écrire à tout prix la scène parfaite. Parfois on peut aussi se bloquer par envie de bien faire, de trop bien faire! Il ne faut pas être perfectionniste. Attention, cela ne veut pas dire qu’il faut se contenter du « moins bien  » et ne pas tenter de s’améliorer. Mais il ne faut pas chercher le texte absolument parfait. Il faut faire de son mieux, s’entourer des bonnes personnes, travailler son texte mais tout cela prend du temps. On ne peut pas obtenir le Saint Graal au premier jet. Écrivez, lancez-vous et puis vous relirez, modifierez, corrigerez plus tard!
  • Parlez de votre histoire… à vous-même. Essayez d’expliquer l’idée, où vous voulez en venir, quel message vous souhaitez transmettre. Dites le à voix haute. Parlez comme si quelqu’un vous écoutez. Pour moi ça fonctionne! Dire à voix haute, oblige à essayer d’être concis, plus clair, plus organisé que lorsque nous pensons et que tout s’emmêle dans notre tête! (Ne faites pas comme moi, évitez de parler seul dans la rue… Les gens vous regardent toujours bizarrement :p).
  • Changer vos habitudes. Vous écrivez le matin? Ecrivez l’après-midi! Vous avez l’habitude d’écrire dans votre bureau/chambre/salon, changez de pièce. Vous avez besoin de silence, d’être seul. Allez dans un café. Bref, cassez la routine, les habitudes et changez d’air!

 

Et moi?

Eh bien, de mon côté, je dois l’avouer, je ne connais pas de vraie panne d’écriture. La raison? J’ai besoin de créer un plan clair et organisé avant de commencer l’écriture. Je sais donc où je vais, ce que je dois dire dans chaque chapitre etc. Même si comme je l’ai dit plus haut, tout évolue au fil du livre. Malgré tout, je connais le doute du chapitre 20! Vous ne connaissez pas? C’est normal, c’est mon truc à moi haha. Quand j’arrive au chapitre 20 (et je vous assure que ça m’est arrivé pour mes 4 livres), j’ai un coup de mou, une sorte de doute ultime, du style: mince est-ce que mon histoire est bien, c’est un peu lent là, mais est-ce que les lecteurs vont aimer, j’ai l’impression que c’est nul… Bref, je doute toujours au chapitre 20. En principe, le doute ne dure pas car grâce à mon plan, j’enchaîne sur la suite de l’histoire dans les jours qui viennent. Parfois, je ressens le besoin de relire les chapitres précédents voire le livre depuis le début pour me rassurer.

 

 

Seule exception, mon quatrième roman…

Pour vous ré-expliquer brièvement, après Maintenant et à jamais (mon premier roman) j’ai écrit une histoire, et j’ai tout stoppé au chapitre 20. Je n’ai pas abandonné mon projet, non, je l’ai mis de côté. Pourquoi? Car je savais qu’il manquait un truc essentiel à mon histoire mais je n’arrivais pas à mettre le doigt dessus. Je ne voulais pas continuer tant que je n’avais pas trouvé l’élément manquant. J’ai donc écrit Contre vents et marées car l’idée me trottait dans la tête et j’avais très envie de l’écrire. Puis mon troisième roman qui paraitra le 3 octobre. Et je compte bien me pencher sur ce quatrième roman (anciennement deuxième roman haha) cet été! Car oui, je le dis, j’ai enfin trouvé l’idée qui me manquait et je pense que maintenant je peux retravailler ce texte et le terminer. Et il m’a quand même fallu un an de pause avant de pouvoir le reprendre… Comme quoi… Parfois, il vaut mieux passer à autre chose plutôt que se forcer! 😉

 

En conclusion, j’espère que ces quelques idées vous aideront à vous débloquer si un jour vous connaissez l’angoisse de la page blanche. Tout ce que je peux vous dire, c’est amusez-vous, écrivez ce que vous aimez et le reste on s’en fout! ♥

 

À bientôt,

Audrey

%d blogueurs aiment cette page :