Archives de
Étiquette : autoédition

Corriger son roman

Corriger son roman

 

Bonjour chers lecteurs,

 

Aujourd’hui, nous parlons correction!

Vous avez passé des mois à réfléchir, écrire, corriger, effacer, recommencer votre histoire, et ça y’est! L’histoire est bouclée, relue, re-relue, vous allez passer à l’étape suivante: la correction de votre manuscrit.

Aïe! En général, ce n’est pas le moment que préfère l’auteur. Plusieurs solutions s’offrent à vous, soit vous passez par un correcteur professionnel ou un correcteur de votre entourage, soit vous le corrigez vous-même!

Parfois, certains auteurs préfèrent aussi faire un petit passage correction avant de l’envoyer au correcteur afin d’enlever le plus gros des fautes, en le relisant soi-même ou en s’aidant d’un logiciel.

Malgré tout, corriger un manuscrit n’est pas si simple, d’autant plus si vous l’avez écrit. Pourquoi? Pour plusieurs raisons!

  • D’une part, vous connaissez votre histoire, vous l’avez travaillée, re-travaillée, votre oeil va donc survoler le texte, parfois même sans le vouloir.
  • Vous n’êtes pas forcément ultra calé en orthographe/ conjugaison/ concordance des temps etc… Pour l’orthographe, un petit tour sur Google et c’est réglé, mais quand on entre dans les règles de grammaire, de conjugaison, d’accord, de concordance des temps etc, on peut vite être dépassé!
  • L’oeil humain corrige lui-même les fautes afin de rendre la lecture possible et agréable. Il manque une lettre, hop, l’oeil corrige automatiquement et vous passez outre. (Je l’ai testé en classe avec mes élèves et c’est impressionnant!)

 

Pour vous aider, je vais vous donner quelques conseils, qui je l’espère vous permettront de corriger vous-même votre roman, si vous ne pouvez pas ou ne souhaitez pas passer par un correcteur extérieur, ou si vous voulez simplement faire un premier tour avant envoi au correcteur.

  • Ne pas corriger son roman tout de suite. Tout comme pour les relectures, il vaut mieux laisser reposer son histoire. Passer à autre chose, voire même un autre projet, en bref, faire un break afin de revenir avec un oeil neuf. Votre histoire sera moins fraiche dans votre esprit.

 

  • Multiplier les supports. L’oeil ne repère pas les mêmes choses si vous changez de support, alors n’hésitez pas à travailler sur ordinateur, sur liseuse avec pourquoi pas un carnet à portée de main et enfin sur papier, en imprimant votre manuscrit afin de l’annoter.

 

  • Commencer par la fin. Oui oui, pour ne pas être emporté par l’histoire et finir en énième relecture, il faut prendre les chapitres à l’envers. Commencez donc par la fin! Certains vous conseilleront même de lire les chapitres à l’envers, ceci me parait un peu plus compliqué mais ce n’est pas impossible.

 

  • Utiliser un logiciel pour s’aider. Je vous recommande Antidote car je l’ai testé et je l’utilise pour mes propres romans. Attention, toutefois, un logiciel ne peut remplacer l’oeil humain, il n’est qu’une aide, un secours qui permet de repérer pas mal d’erreurs. Ce qui me plait le plus dans ce logiciel c’est qu’il traque les répétitions et les verbes ternes. Le genre de choses qu’on ne voit pas tellement en relisant.

 

  • Lire à haute voix! Pour corriger, cela aide vraiment beaucoup, ne vous contentez pas de lire dans votre tête! Vous risquez de ne pas être suffisamment concentré et de ne pas repérer les soucis de sonorité ou de répétition.

 

  • Je vous conseille vivement de passer par un correcteur extérieur et je dirais même plusieurs correcteurs. Quelqu’un qui ne connait pas votre histoire et qui pourra vous épauler dans cette étape, car je le répète, il est très difficile de voir ses propres fautes. Pas besoin de se ruiner. Je sais que certains correcteurs ont des tarifs assez onéreux et qu’il n’est pas toujours évident pour un auteur indé de dépenser de telles sommes. Malgré tout, dans le lot, il existe des correcteurs bénévoles ou des correcteurs qui proposent des tarifs abordables pour les indés. Petit conseil toutefois, quand vous choisissez un correcteur, essayez de voir avec qui il a travaillé, s’il a des « références » afin de ne pas être déçu du travail fourni, travail qui vous ferait perdre du temps et surtout qui pourrait vous porter préjudice. Et je précisais plusieurs correcteurs car les correcteurs ne repèrent pas tous les mêmes choses et surtout l’humain n’est pas infaillible, et avec plusieurs correcteurs, il y a moins de chance de manquer des erreurs.

 

J’espère que cet article vous aura aidé. N’oubliez pas que je propose aussi mes services de rédaction, bêta-lecture et correction avec des tarifs très abordables, spécialement pour les indés. C’est ICI pour avoir des informations supplémentaires. N’hésitez pas à m’envoyer un petit mail! 🙂 Le planning se remplit vite, il faut donc réserver à l’avance désormais. ^^

Je vous souhaite de belles heures de correction en compagnie de vos manuscrits!

 

À bientôt,

Audrey

Bilan des 3 mois de « Contre vents et marées »

Bilan des 3 mois de « Contre vents et marées »

Bonjour à tous,

Contre vents et marées vient de fêter ses 3 mois! Il a été publié le 14 février 2018! Il est donc temps de faire un petit bilan à ce stade de l’aventure.

 

 

Comme vous le savez, Contre vents et marées est un préquel. C’est-à-dire qu’il se passe avant Maintenant et à jamais, mon premier roman. L’histoire tourne autour de deux personnages secondaires de MEAJ. J’avais envie de raconter l’histoire des parents de Ian: Marta et Jack. Je les aimais et ils méritaient d’avoir leur livre, leur histoire. Ce roman est un peu spécial car je n’ai pas eu l’impression d’inventer l’histoire, j’ai plutôt eu la sensation qu’ils me la racontaient et que je l’écrivais pour eux. Un roman particulier donc qui me tenait à cœur.

 

RésuméJack a une vie familiale chaotique. Sa mère, Cécile, est en dépression depuis un an. Le jeune homme se débat pour survivre, malgré la violence, l’alcool et la solitude. 
Jusqu’au jour où il rencontre la sublime et douce Marta. Le destin a décidé de lui donner une chance de s’extirper de ce quotidien destructeur. Mais la vie n’est pas un long fleuve tranquille et les épreuves vont se succéder au point de compromettre leur avenir.
Parviendront-ils à s’aimer contre vents et marées ?

Cette histoire se plonge dans l’univers du cadre familial, dans les difficultés que cela implique si sa famille est nocive, de son impact sur la construction d’un adolescent. Comment affronter la vie, si personne ne nous épaule ? Marta et Jack ont découvert qu’ils étaient plus forts, ensemble, mais rien ne les préparait à rencontrer autant d’épreuves sur leur chemin.

 

CVEM  a fait un meilleur démarrage que son grand frère, et pour cause, lorsque j’ai lancé Maintenant et à jamais, j’étais inconnue, pas de réseau, pas de contact, rien, je suis partie de zéro et j’ai mis un mois et demi avant de parvenir à faire décoller mon roman. Pour CVEM, la route a été facilitée par le fait que c’était le second de sa lignée! 🙂

Il y a donc eu des ventes dès le premier jour et de manière régulière, chaque jour, depuis trois mois. Les lecteurs étaient un peu frileux et finalement, le roman fait son petit nid et trouve sa place dans le domaine de la romance contemporaine. Jusqu’à présent MEAJ avait plus de ventes, du fait de sa petite notoriété et de ses 59 commentaires, mais CVEM reprend du poil de la bête depuis le début du mois de mai et cumule plus de ventes!

J’en suis donc ravie! Le roman trouve son public et c’est tout ce que je lui souhaite! ♥

Le hic? Comme toujours, le peu de commentaires déposés. Malheureusement, comme chacun le sait, les commentaires peinent à arriver, malgré le nombre de ventes. Les lecteurs n’ont pas le réflexe. Notons aussi que deux commentaires n’ont pas pu être déposés (Amazon les a refusé, pour rien!). Alors je compte sur vous! Déposez un commentaire après votre lecture, qu’importe le roman, c’est essentiel pour l’auteur!

 

Aujourd’hui, CVEM c’est:

  • 14 commentaires.
  • 4.8/5 étoiles
  • 620 lecteurs
  • meilleure place Amazon: 115e

 

Alors un IMMENSE MERCI! J’espère qu’il continuera son joli chemin et que mon troisième roman sera accueilli avec autant d’enthousiasme!

 

Si vous souhaitez découvrir mes romans, c’est par ici:

 

À bientôt,

 

Audrey

 

Envoyer son livre à la BNF

Envoyer son livre à la BNF

 

Bonjour chers lecteurs,

Lorsqu’on publie un livre au format papier, nous avons l’obligation de l’envoyer à la Bibliothèque Nationale de France. Pourquoi? Comment? Je vais tout vous expliquer!

 

La BNF, qu’est-ce que c’est?

La Bibliothèque nationale de France (BnF), ainsi dénommée depuis 1994, est la bibliothèque nationale de la République française. Première institution chargée de la collecte du dépôt légal, à partir de 1537, elle est la plus importante bibliothèque de France et l’une des plus importantes au monde. La Bibliothèque nationale de France comporte quatorze départements et plusieurs collections principalement conservées sur ses quatre sites parisiens. L’ensemble des collections conserve environ 40 millions de documents imprimés et spécialisés. Ses collections, qui s’accroissent d’environ 670 000 documents par an, par le dépôt légal et par acquisition, s’élèvent à un nombre total de 14 millions de livres et d’imprimés.

La BnF a une mission de collecte, d’archivage et d’entretien (conservation, restauration), en particulier de tout ce qui se publie ou s’édite en France, mais aussi des activités de recherche et de diffusion de la connaissance, grâce notamment à l’organisation régulière d’expositions à destination du grand public, et de multiples manifestations culturelles, conférences, colloques, concerts, dans ses locaux et sur son site internet.

 

 

Et le dépôt légal?

Inscrite dans le Code du patrimoine, l’obligation de dépôt légal est l’obligation pour tout éditeur, imprimeur, producteur, importateur, de déposer chaque document qu’il édite, imprime, produit ou importe, à l’un des organismes dépositaires du dépôt légal.

Le dépôt légal est conçu comme la mémoire du patrimoine culturel diffusé sur le territoire national et englobe donc des œuvres étrangères éditées, produites ou diffusées en France.

Le dépôt légal d’un document à la BnF permet d’assurer :

  • Sa collecte et sa conservation
  • La constitution et la diffusion de notices bibliographiques
  • Sa consultation en Bibliothèque de recherche
  • L’enrichissement des fonds de bibliothèques partenaires pour les documents imprimés

Comment déclarer?

Dépôt légal des documents imprimés : depuis le 21 mars 2015, un exemplaire suffit: les éditeurs déposent à la BnF un seul exemplaire de leurs publications imprimées au lieu de deux.

1/ Pour pouvoir déclarer, il faut se rendre à l’adresse suivante: http://depotlegal.bnf.fr
Ce service est gratuit et permet de suivre étape par étape l’avancée de ses démarches.
2/Vous devez créer un compte sur le site. Ensuite, sur votre espace, en haut à gauche, il faut cliquer sur « Remplir une déclaration de monographie « 

 

3/Vous allez devoir remplir un formulaire indiquant le titre du livre, la date de parution, les coordonnées de l’auteur etc

 

 

4/Lorsque vous validez votre formulaire, vous pouvez télécharger une copie de la « déclaration électronique du dépôt légal ». 
5/Ensuite, dernière étape, vous devez envoyer votre exemplaire papier par la poste ou l’amener directement à la BNF.

 

L’adresse est la suivante:
Bibliothèque nationale de France
Dépôt légal – Livres
Quai François Mauriac
75706 Paris Cedex 13

 

En haut à droite de l’enveloppe, à la place du timbre, vous devez indiquer: « Franchise postale – Dépôt légal – Code du patrimoine Art. L132-1 », cela vous permet de bénéficier d’une franchise postale. 
En cas de difficultés avec votre bureau de poste pour la franchise postale, La Poste indique qu’il faut faire référence à la note interne, dite « chartée »,  nommée « Procédures de traitement des envois au titre du Dépôt Légal » et référencée BSCC.PS.A.2016-009.

 

6/Dernière étape, sur votre compte, vous pourrez télécharger « un récépissé électronique de dépôt légal » qui prouvera que la BNF a bien reçu votre livre. Votre statut sera actualisé sur le site.

Voici par exemple l’état de mon compte. Pour mon premier roman, le livre a été reçu et catalogué. Pour mon second, plus récent, il a bien été reçu mais pas encore catalogué.

 

Voilà, j’espère que cette petite explication vous aura aidés. N’hésitez pas à me contacter en cas de problème.
Petite information supplémentaire, en cas de souci ou de question: depot.legal.editeur@bnf.fr
À bientôt,
Audrey

 

Obtenir un ISBN

Obtenir un ISBN

 

Bonjour à tous, aujourd’hui nous parlons formalités administratives!

 

Un ISBN, qu’est-ce que c’est ?

L’International Standard Book Number (ISBN) ou Numéro international normalisé du livre est un numéro international créé en 1970, qui permet d’identifier de manière unique chaque édition de chaque livre publié postérieurement à l’introduction de l’ISBN, que son support soit numérique ou sur papier. Il est destiné à simplifier la gestion informatique pour tous les intervenants de la chaîne du livre (imprimeur, éditeur, libraire, bibliothèque, etc.).

Cet ISBN apparaît sur le code-barres qui se trouve sur la quatrième de couverture du livre (et il vous faudra aussi l’ajouter à l’intérieur du livre).

 

On le trouve où?

Quand vous passez par des plateformes, souvent on vous fournit un ISBN. Personnellement, j’ai préféré demander mes propres ISBN à l’AFNIL. Car je possède, de ce fait, un indicatif éditeur, c’est-à-dire que j’aurai toujours les mêmes 11 premiers chiffres dans mon ISBN, seuls les deux derniers changent.

SITE DE L’AFNIL

 

Pour cela vous cliquez en haut de page sur [Vous n’avez pas d’ISBN et souhaitez en obtenir]. Ensuite vous vous dirigez en bas de page dans la partie : 2. Formulaire de demande ISBN : PARTICULIER. Vous téléchargez le fichier et vous le remplissez scrupuleusement.

C’est ICI

On va vous demander des informations assez simples (nom, prénom, circuit de commercialisation prévus, adresse, premier ouvrage à paraitre..).

Lorsque c’est fait, vous devez le renvoyer à l’AFNIL, par mail ou par courrier. Personnellement, j’ai rempli le fichier doc sur l’ordi et je l’ai renvoyé par mail dans la foulée (afnil@electre.com).

En général, ils vous répondent assez rapidement. Vous recevrez votre liste définitive par mail et quelques jours plus tard, par courrier.

 

FORMAT PDF

 

Et vous savez quoi? Et bien, c’est gratuit! C’est toujours ça de pris! 🙂

 

Conseils

_Ne vous contentez pas de demander un ou deux ISBN, car il vous en faudra pour chaque format de livre et pour chaque plateforme. De mon côté, j’en ai demandé 10. Certains recommandent d’en demander 30 si on compte publier sur plusieurs plateformes ( personnellement, je publie uniquement sur Amazon, il ne me faut donc que 2 ISBN par livre).

_Gardez-les précieusement et surtout notez vous à côté de chaque numéro pour quel livre et dans quel format (ou sur quelle plateforme) vous l’avez utilisé. Ça évite les déconvenues!

 

J’espère que cet article vous aura aidé, n’hésitez pas si vous avez des questions!

À bientôt,

Audrey.

 

 

Réaliser un Booktrailer avec Kizoa

Réaliser un Booktrailer avec Kizoa

 

Bonjour la compagnie,

Aujourd’hui j’ai décidé de vous parler d’un outil que je trouve assez facile d’utilisation.

Je suis loin d’être une experte en montage vidéo, je n’y connais rien et je n’ai pas de logiciel. Après moultes recherches, j’ai fini par me pencher sur Kizoa. Il me permet de réaliser mes petits montages vidéo assez simplement, sans prise de tête. C’est pas mal quand on ne s’y connait pas trop!

D’ailleurs si vous connaissez des logiciels ou sites sympas (et gratuits tant qu’à faire), n’hésitez pas à les partager en commentaire. 

Donc Kizoa n’a pas besoin d’être téléchargé puisque tout se passe sur le site internet. Il y a une partie gratuite (que j’utilise et qui est suffisante) et une partie payante.

La partie gratuite permet de faire son montage, de le partager sur les réseaux sociaux, par mail, sur sa chaîne youtube ou en partageant un lien pour visionner la vidéo sur le site Kizoa. La seule chose qu’on ne peut pas faire c’est enregistrer sa vidéo sur son ordinateur.

Tout d’abord, il faut créer un compte en haut à droite de votre page d’accueil. 

1/ Etape 1: Faire film

Dans le menu en haut de page, on clique sur « Faire film ».

On vous propose une création libre ou un modèle Kizoa. Personnellement, je n’utilise que les créations libres.

2/ Etape 2: Choisir le format des images.

J’ai déjà utilisé le format 16:9 et le format 1:1. tout dépend des images que vous allez utiliser. On peut aussi choisir entre un format paysage ou portrait. 

 

3/ Etape 3:  Les photos

Voici l’étape qui vous permet de choisir vos photos. Il faut les télécharger à partir de votre ordinateur. Elles resteront ensuite enregistrées sur votre compte pour vos utilisations futures (ce qui est utile). 

Vous pouvez placer toutes les photos dans les cadres en bas de page (en faisant glisser) ou vous pouvez travailler chaque photo une par une. À vous de voir. 

4/ Etape 4 : Les transitions

Donc lorsque votre ou vos photos sont placées dans les cadres en bas de page, vous pouvez passer aux transitions.

Ici encore, vous pouvez réaliser les étapes dans l’ordre que vous voulez, le texte, les transitions, les effets, il faut juste ne rien oublier, donc je vous conseille pour la toute première fois de tout faire dans l’ordre.

Les transitions, ce sont les petits effets que vous placez entre les images (est-ce qu’elles disparaissent sur la droite, la gauche, se décomposent en petits points etc). Cela permet d’éviter la succession d’images, les unes à la suite des autres. Personnellement, j’applique la même transition tout au long de ma vidéo, mais libre à vous de choisir les transitions que vous voulez entre chaque image.

5/ Etape 5: Les effets

Les effets sont appliqués sur les images. Vous pouvez ajouter de la pluie, de la neige, des feux d’artifice, des petits points, des fleurs. En bref, une panoplie d’effets pour donner vie à vos photos. 

Lorsque vous choisissez un effet, vous le faites glisser jusqu’à la photo et une nouvelle fenêtre apparaît.

En vert, c’est l’effet choisi, il apparaît dans le cadre de droite et vous permet de vérifier si l’effet choisi est compatible avec votre image.

En rouge, lorsque vous aurez validé, vous pouvez choisir la durée de l’image, c’est-à-dire le temps entre chaque transition. La durée peut être plus ou moins courte en fonction de vos envies. Vous pouvez aussi appliquer le même temps à toute la vidéo. De mon côté, c’est en fonction du texte que j’ajoute. S’il y a une longue phrase à lire, je choisis un temps plus long. si la phrase est courte, je peux me permettre une diapositive plus rapide.

Cela peut aussi donner un effet à votre vidéo. Quelque chose de rapide, dans l’action avec des images qui s’enchaînent rapidement, ou au contraire une certaine longueur, une douceur etc

 

 

6/ Etape 6: Le texte

Vous pouvez ensuite choisir le texte que vous allez noter sur chaque image (si vous souhaitez en rajouter). Ce texte peut apparaître et disparaître avec des effets, à vous de choisir ce qui vous plait le plus.

Lorsque vous avez fait glisser votre choix sur l’image, une nouvelle fenêtre apparaît.

Vous avez la possibilité de modifier la couleur du texte, la taille des lettres, l’emplacement (en bas, au milieu, en haut de l’image), mais aussi la police d’écriture. Je vous conseille ici de tester plusieurs choses et de modifier en fonction de l’image que vous avez en arrière-plan.

7/ Etape 7: La musique / les animations

Enfin, pour améliorer votre vidéo, vous avez la possibilité d’ajouter de la musique en fond. Beaucoup de chansons sont proposées sur le site, vous pouvez aussi ajouter les vôtres.
Les animations sont des petits dessins, des smileys qui peuvent agrémenter vos images.

8/ Etape 8 

À droite de l’écran, vous pouvez tester votre film en entier (vérifier la musique, les effets, les transitions etc), en bref vérifier le rendu final et modifier si besoin.

Ensuite, n’oubliez pas d’enregistrer votre création.

Vous pouvez retrouver toutes vos vidéos dans l’onglet « vos films« . 

 

J’espère que ce tutoriel, volontairement bref, vous aura aidé. Si vous avez des questions n’hésitez pas!

Vous pouvez aussi visionner mes vidéos sur ma chaine youtube, par ici =}https://www.youtube.com/channel/UCHL5v2X3NXB6U1xP06n9tBA/videos?view_as=subscriber  ça vous donnera une idée.

Enfin n’oubliez pas de vous abonner à ma newsletter en bas de page ou en haut à droite, pour recevoir les notifications d’articles et les Newsletters régulières (des cadeaux sont envoyés avec la Newsletter de bienvenue).

 

À bientôt,

Audrey

Organiser sa boite mail!

Organiser sa boite mail!

 

Bonjour la compagnie.

Aujourd’hui, on parle organisation!

Le 2 mars, j’ai reçu dans ma boite mail la Newsletter de Nathalie Bagadey (Si vous ne connaissez pas Nathalie, c’est ici =} http://nathaliebagadey.fr/)

Elle préconisait de faire du tri dans sa boite mails et surtout de créer des dossiers pour tout organiser. Et comme, je ne suis pas du genre à procrastiner et que je ne suis pas non plus patiente, dans les minutes qui ont suivi, j’étais déjà connectée à ma boite mail auteur (j’ai une seconde boite mail perso/boulot). Et là, horreur, plus de 400 mails dont quelques-uns non lus (que j’aurais dû effacer), des mails que j’avais marqués de la petite étoile afin de me rappeler qu’ils étaient importants et un bon paquet au milieu qui étaient noyés dans la masse (mais je les avais lus ceux-là!). Je me suis dit qu’il était temps de s’y coller. J’ai donc passé l’heure suivante à tout trier et organiser.

J’ai effacé pas mal de mails inutiles ou qui n’étaient plus d’actualité et j’ai ensuite créé des dossiers pour organiser tout ce bazar virtuel!

Je ne vous parle même pas de tous les mails qui vivaient leur vie dans mon dossier SPAM! Hop corbeille!

J’ai donc créé des dossiers, mais bien sûr, chacun est libre de créer les catégories qu’il souhaite en fonction de ses activités et de ses besoins.

Pour Nathalie, elle expliquait avoir créé les dossiers suivants: 

  • « À effacer au bout de quelque temps »
  • « À lire – messages longs » 
  • « Archives » 

De mon côté, j’ai besoin de créer des dossiers beaucoup plus précis pour m’y retrouver plus facilement. J’ai donc créé les rubriques suivantes:

  • Administratif livres: les échanges de mails administratifs (BNF, ISBN etc)
  • Autour de mes livres : les retours de lectrices notamment, les échanges avec les bêta etc
  • Club Des Indés: tout ce qui tourne autour de nos projets collectifs ou de notre Club
  • Concours: les concours auxquels je participe, en ce moment par exemple: les Indés Awards 2018
  • ITW: Les interviews auxquelles je réponds pour des blogs 
  • Livrenpromo: tous mes articles et échanges de mails en rapport avec mes boulots de référenceuse et rédactrice pour le site
  • Newsletter: les Newsletters des auteurs et autres sites, auxquelles je suis abonnée
  • Rédactrice: les demandes d’articles à écrire pour divers sites 
  • Salons: les échanges de mails à propos des salons auxquels je vais ou veux participer
  • Site internet: les mails relatifs à la gestion de mon site
  • Temporaire: les mails temporaires à effacer rapidement (commandes etc)

 

EDIT DU 04/04: Cet article ayant été préparé à l’avance, il y a du nouveau sur ma boite mails! Désormais, un dossier « Corrections » a aussi été ajouté à mon organisation. Comme vous le savez, je me suis lancée dans la correction de manuscrits, notamment pour les auteurs indés. De ce fait, j’avais besoin d’un onglet spécifique afin d’échanger avec les auteurs sans mélanger nos correspondances à tous mes autres projets en cours. 

 

Evidemment, tous les mails de ces dossiers peuvent être effacés au fur et à mesure en fonction des besoins, des dates etc

Une fois terminé ce tri, je me suis sentie toute légère. Vous savez un peu comme quand vous décidez de faire du tri dans vos placards, de ranger les vêtements ou de faire du ménage. On ressent une grande satisfaction ensuite. On se sent toujours mieux et plus léger lorsque tout est organisé et rangé, ça fait du bien! 

*******************

Comme je l’ai dit, j’ai une autre boite mail qui concerne ma vie perso et mon boulot de prof, ce qui me permet de ne pas tout mélanger. Alors je vous vois venir, vous allez me demander si j’ai fait le tri sur mon autre boite mail, mouhahahaha, quand j’ai vu qu’il y avait plus de 1600 mails (et encore parce-que j’efface régulièrement!), je me suis dit que c’était moins urgent. :p

Je le ferai probablement, mais je lis les mails pro au jour le jour et j’y réponds immédiatement donc le reste n’est pas très important. Il y a moins d’urgence que sur ma boite d’auteur. 

Voilà, j’espère que vous aurez envie de vous organiser à votre tour et que vous trouverez VOTRE METHODE! N’hésitez pas à la partager en commentaire, je suis curieuse de savoir comment ça se passe chez vous. 😉 

A bientôt,

Audrey

 

 

 

10 choses que vous ne savez pas sur moi!

10 choses que vous ne savez pas sur moi!

 

(Sauf si vous me surveillez en cachette et dans ce cas-là, ça craint!)

 

1/ Je suis une grande sensible!

Je pleure comme une madeleine devant les films et les séries et même dans la vie, je peux avoir un moment d’émotion intense pour pas grand chose! Grande sensible, hypersensible même, je suis facilement touchée et émue par les situations, les mots, les événements…

2/ Je suis ultra gourmande!

Aïe, mes jeans ne me remercient pas, tout comme mes hanches qui me détestent à chaque bouchée de chocolat. Mais heureusement, je compense avec le sport! haha J’avoue le chocolat est MON GRAND PÉCHÉ MIGNON!

3/ J’ai écrit mon premier livre il y a 8 ans.

Oui oui, mon premier roman n’était pas « Maintenant et à jamais », mais « Ames soeurs » Tome 1: le journal de James. Une histoire de vampires/sorcières/pouvoirs qui devait devenir une trilogie et que je n’ai jamais publiée.

4/Je suis gaga des chiens!

J’avoue! J’ai grandi avec des chiens, berger allemand, caniche, boxer, épagneul etc j’ai toujours eu un ou plusieurs chiens à la maison. A l’âge adulte, rebelote, Miwa a pointé le bout de son nez, une Shiba Inu qui nous accompagne depuis bientôt un an. ♥ J’aime les chiens ♥

 

5/ J’étais présente à l’attentat de Nice, le 14 juillet 2016.

Cet événement a marqué ma vie à tout jamais. J’ai eu la chance incroyable de traverser ce drame sans être blessée, tout du moins physiquement. Mais c’est gravé dans ma mémoire et ça hante encore mon quotidien. Une pensée pour toutes les victimes. ♥

 

6/Je chante tout le temps.

En voiture, sous la douche, devant mon ordi, en faisant le ménage, dans la rue… Je n’y peux rien, c’est comme ça. 😉

7/ Je parle toute seule!

Que celui qui n’a jamais parlé tout seul me jette la première pierre. J’avoue, je réfléchis à haute voix, au travail, à la maison, dans la rue, dans les magasins. C’est comme noter ses idées dans sa mémoire en les disant à haute voix. Je passe pour une folle, et alors?

8/J’ai vécu trois ans en Ile de France.

Eh oui, à 23 ans, j’ai tout plaqué pour partir à Paris. J’y ai habité trois ans avec mon compagnon de l’époque. J’ai passé un master 2 tout en bossant dans un cabinet de recrutement spécialisé dans le domaine aéronautique. Une chouette expérience mais Nice me manquait, alors je suis revenue.

9/ J’ai un tatouage.

Sur mon poignet gauche. Le tatouage a vu le jour après l’attentat de Nice, au mois d’août. Une manière de me rappeler ma chance, une manière de me rappeler qu’il faut à tout prix réaliser ses rêves car la vie peut basculer du jour au lendemain.

10/ Je déteste avoir peur!

Je suis d’une nature sensible et stressée. Je ne lis pas de romans d’horreur ou trop sanguinolents et je ne regarde pas de films d’horreur ou trop violents. Je n’aime pas ça.

 

J’espère que cet article vous a plu, une manière de voir qui se cache derrière les romans.

A bientôt,

Audrey

 

Pourquoi l’autoédition?

Pourquoi l’autoédition?

Bonjour la compagnie,

L’autoédition a mauvaise presse. Dans l’esprit général, si on est autoédité c’est parce qu’on n’est pas assez bon pour être publié en maison d’édition. Et bien sachez que la réalité est toute autre. Cela fait maintenant plusieurs mois que je côtoie le monde de l’autoédition. Je discute avec des auteurs, des blogueurs, je lis des articles, des témoignages, je regarde des vidéos. En bref, je baigne dans ce milieu.

Et lorsqu’on parle aux auteurs, soyez assurés d’une chose, ils sont plutôt ravis d’être autoédités et à 90% c’est par choix. Oui, vous avez bien lu, PAR CHOIX! Non pas parce que les maisons d’édition ont refusé leur manuscrit, non, ces personnes ont décidé de s’auto-éditer. Attention je ne suis pas en train de dire que tous les autoédités refuseraient un contrat d’édition si on le leur proposait. Certains oui, pour d’autres ils étudieraient la proposition, avec attention. D’ailleurs, des auteurs autoédités parviennent à vivre de leur métier d’auteur et cela sans ME. Comme quoi… Tout est possible!

Alors pourquoi l’autoédition est-elle appréciée?

L’autoédition rime avec LIBERTE. Car être autoédité, c’est maîtriser son aventure de A à Z. C’est décider de tout, de la couverture, du titre, de la forme, du contenu du livre, de la promo, du prix, de TOUT. Et c’est réellement ce qu’aiment les auteurs. Avoir la main sur LEUR livre car ils ont travaillé durant de longues heures afin de publier une histoire, alors autant aller jusqu’au bout en choisissant chaque détail.

Le hic, eh bien: il faut tout faire. Bien sûr, il y a toujours la possibilité de faire appel à un graphiste pour la couverture, un correcteur pour les corrections, un site de type librinova pour être épaulé. Mais, beaucoup d’auteurs préfèrent tout faire eux-mêmes et cela demande de la formation, du travail (beaucoup!) et de la persévérance. On essaie, on teste, on réessaie, on regarde des vidéos, on lit des articles, on pose des questions aux copains auteurs, on s’arrache les cheveux, on insulte son ordi, mais au final, quelle satisfaction de parvenir à faire ce que l’on souhaitait!

 

Et moi?

Et bien, comme pour la plupart de mes amis auteurs, cela a été un choix. Un premier choix. Car je ne me suis pas vraiment posée la question. Je savais qu’être éditée en maison d’édition était quasiment impossible en étant inconnue. Je n’ai pas tenté d’envoi de manuscrit. Je me suis renseignée sur l’autoédition et j’y ai pris goût, car j’ai pu tout décider et tout gérer du début à la fin. J’ai pu porter mon roman jusqu’au bout de l’aventure. Et c’est vraiment une satisfaction incroyable de tenir son premier roman dans ses mains. Le tout premier, le PROOF que vous demandez après avoir passé tant d’heures à tout mettre en forme. Il est là, il est à vous et c’est votre travail! Quel bonheur! 
Par la suite, quelques mois après, comme mon livre marchait bien et les retours étaient positifs, j’ai tenté quelques envois à des maisons d’édition, seulement certaines qui acceptaient des manuscrits par mail, il était hors de question pour moi de payer une fortune afin d’envoyer des manuscrits à travers la France à de grandes ME qui sont déjà débordées et croulent sous les demandes. J’ai essuyé quelques refus, pour les autres, ils ne prennent même pas la peine de répondre. Je n’ai pas tenté les petites ME car je suis plutôt contente de l’autoédition et je me dis que si un jour je suis éditée ce sera par une ME qui pourra réellement m’apporter de la visibilité et qui a du réseau. Pas forcément une très grosse ME, certaines moins importantes arrivent à se démarquer. Mais en attendant, je vis très bien l’autoédition et je compte bien continuer sur cette voie. Je n’ai d’ailleurs envoyé mon second manuscrit à aucune ME. Et je ne compte pas le faire. On verra plus tard. Peut-être.

Je ne ferme donc pas les portes à une possible maison d’édition, bien au contraire. Etre édité est flatteur et surtout cela permet de gagner une visibilité qu’il nous est difficile d’atteindre en tant qu’autoédité. Pouvoir voir son livre dans des librairies et magasins, c’est vraiment un plus qui me manque actuellement. Car il ne faut pas se mentir, c’est assez compliqué de placer son roman en librairie et c’est le numérique qui cartonne de mon côté. Mais, en attendant, je peux suivre mes ventes, décider de tout, des promos, des modifications, du contenu, de la forme et j’ai la chance de toucher mes redevances chaque mois! Je n’ai donc pas à me plaindre.

Pour conclure, je voulais ajouter que la communauté des auteurs indés est vraiment fabuleuse. Elle est assez soudée, solidaire et on n’est jamais vraiment seul dans l’aventure, car il y a toujours quelqu’un pour vous conseiller ou vous aider. Les blogueuses et blogueurs qui lisent des indés sont aussi un atout majeur et un soutien incroyable! Cette belle communauté permet à chacun de vivre son rêve, que ce soit celui de la lecture ou de l’écriture. Sachez qu’il y a vraiment de très bons romans en autoédition, des romans même meilleurs que certains édités. Etre autoédité ne veut pas dire mauvais, au contraire, ce sont des auteurs qui se battent pour leur art et leur passion. J’ai découvert de très belles pépites au cours de ces derniers mois. Alors laissez-vous tenter! Et puis c’est quand même sympa de pouvoir discuter avec un auteur après sa lecture. Les indés sont plutôt ouverts et accessibles, c’est un plus! 

Pour lire mes romans, c’est ici =}  http://amzn.to/2F9WI6D

 

A bientôt,

Audrey

 

Pourquoi j’écris?

Pourquoi j’écris?

Bonjour la compagnie,

Grand sujet! Je suis sûre que cette question vous brûle les lèvres et vous attendez maintenant depuis des mois une réponse de ma part. (C’est beau de rêver! :p)

 

La grande question posée à tous les auteurs, pourquoi écrivons-nous? Quand avons-nous pris la décision? Y’a-t-il une raison? Un déclic? Une envie depuis toujours? Des carnets noircis depuis des années qui reposent dans le tiroir d’une commode?

Eh bien voilà mon histoire (haha, c’est digne d’un film, vous ne trouvez pas?).

 

Il y a huit ans après avoir vu Twilight I (un an après tout le monde puisque le 2 sortait au cinéma), j’ai eu un coup de coeur. J’ai eu envie d’écrire à mon tour une histoire qui m’aide à m’immerger dans un autre monde, loin de la réalité, avec des créatures surnaturelles. Je me suis mise à lire des livres fantastiques en pagaille et j’ai écrit le premier tome de ce qui devait devenir une trilogie. Cela parlait de vampires, d’amour, de sorcière, de pouvoirs etc. J’étais assez contente de moi, j’écrivais jour et nuit, j’adorais ça! Je me couchais parfois à 6h du matin quand mon compagnon se levait pour aller travailler. Et puis j’ai commencé le tome 2 dans la foulée et je me suis arrêtée à la moitié. J’ai trouvé un nouveau boulot, je me suis séparée de mon compagnon de l’époque, nouvel appart, nouveau départ. En bref l’écriture a été reléguée en second plan et les manuscrits se sont perdus dans le fond de mon disque dur.

Et puis en 2015, je me lance à nouveau dans l’écriture. J’avais changé de type de lecture, j’étais passée à de la littérature générale, de la romance, des comédies. Exit le fantastique, je n’en lis plus du tout. Mes goûts ont changé, mes envies aussi. Et de toute manière après tant d’années les vampires et les sorcières il y en avait partout, mes idées n’étaient plus nouvelles mais bien vues et revues. Je suis donc partie sur une toute nouvelle histoire (le premier jet de Maintenant et à jamais). Et une nouvelle fois après avoir écrit 90 pages et terminé ce manuscrit, il s’est retrouvé au fond d’un tiroir. Je n’étais pas encore prête, je le trouvais nul et sans intérêt. Ça n’allait pas.

 

En 2016: je suis sur la Promenade des Anglais au moment de l’attentat, je vois le camion, les policiers passent devant moi arme à la main, j’entends les cris, la panique, les coups de feu, je cours pour me mettre à l’abri, bref l’histoire vous la connaissez. Quelques mois plus tard, je décide que la vie est courte et qu’il faut à tout prix réaliser ses rêves et se donner les moyens de parvenir à avoir la vie que l’on souhaite. Cette idée d’écrire un roman était toujours bien présente dans un coin de mon esprit. Je devais le faire. Fin 2016 donc, je reprends le manuscrit de Maintenant et à jamais et j’y travaille pendant des semaines, modifiant, retapant, ajoutant des scènes, encore et encore, jusqu’à ce qu’il passe de 90 pages à plus de 200. Je suis allée au bout de l’histoire et cette fois, il était hors de question de m’arrêter en chemin, j’étais motivée, déterminée. Je me suis renseignée en parallèle sur l’autoédition, je me suis formée toute seule, pour apprendre à créer une couverture, à formater un texte, à publier sur les plateformes en ligne etc et j’ai choisi, bien évidemment, la date du 14 juillet 2017 pour publier mon roman. Comme un clin d’oeil, comme une envie de faire de cette date quelque chose de plus positif que dans mon souvenir.

 

 

Voilà, je vous épargne la suite de l’histoire, car aujourd’hui, je ne vois plus ma vie sans l’écriture. C’est devenu essentiel, une passion, un besoin.
Quand vous lisez des témoignages d’auteur, il n’est pas rare de constater que leur premier roman n’est en fait pas le premier, il y a eu d’autres choses avant, des carnets noircis, des idées, des histoires commencées, inachevées etc. Pour moi, le déclic a été cet événement traumatisant dans ma vie, il m’a donné l’envie et la force d’aller au bout de l’aventure. Les années précédentes, je n’étais probablement pas encore prête à franchir le pas, à me lancer à 100%. Une manière pour moi de tirer quelque chose de positif de ce drame.

J’espère que cela vous donnera l’envie, à votre tour, de vous lancer, si jamais vous hésitez encore car il faut réaliser ses rêves, nous n’avons qu’une vie, profitons-en.

 

 

Audrey

Mon troisième roman

Mon troisième roman

Bonjour chers lecteurs,

 

Aujourd’hui, j’avais envie de vous parler de mon troisième roman. Comme vous le savez peut-être, j’ai déjà publié deux romans:

  • Maintenant et à jamais, une romance dramatique, en juillet 2017
  • Contre vents et marées, le préquel du premier, une romance contemporaine, en février 2018

 

Pour autant, mon second roman étant prêt fin 2017, j’ai commencé l’écriture de roman n°3 fin janvier. J’avais très envie de me remettre à l’écriture. Les auteurs me comprendront, même si les phases relecture/ correction/ formalités administratives/ promotion ont leur charme (ou pas, pour certaines), ce qu’on aime c’est vraiment la phase écriture. On est plongé dans notre univers, avec nos personnages qui deviennent des compagnons de route pour quelques semaines voire quelques mois. Et cette phase est celle qui nous passionne réellement car elle est l’essence de ce métier d’auteur. C’est le point de départ de toute l’aventure.

Je me suis donc immergée dans mon histoire au point de l’écrire assez rapidement. Moins d’un mois d’écriture à proprement parler (j’ai dû cesser l’écriture pendant une semaine et demi/ deux semaines pour des raisons professionnelles et médicales, j’étais HS!).
Aujourd’hui, ce premier jet est donc terminé. Bien sûr, il va me falloir relire, corriger, re-relire, formater etc… Mais l’histoire est bouclée et je pense qu’elle ne subira pas trop de changements. Comme quoi, on devient plus efficace avec le temps, moins de temps de perdu en relecture et corrections! D’ailleurs j’ai formaté ma version ebook au fur et à mesure, en appliquant mes styles, de ce fait, je gagnerai à nouveau du temps sur cette phase-là!

 

Bref, fini le blabla technique. Et si je vous parlais de l’histoire maintenant?

Je ne peux pas vous dévoiler le synopsis sous peine de vous gâcher la surprise mais je peux quand même vous divulguer deux trois infos!

_Premièrement, cette histoire n’a rien à voir avec les deux précédentes. Nouveaux personnages, nouvelle histoire. Mes protagonistes ont la trentaine. Mes personnages secondaires sont divers et variés, des âges et des caractères différents.

_Deuxièmement, cette histoire est écrite à la première personne du singulier. Et oui, vous serez immergés dans la tête, dans l’esprit, dans les pensées des personnages! Mais pas question de passer votre temps dans la tête d’un personnage, il y aura de l’alternance, j’aime trop alterner les points de vue pour me contenter d’un seul personnage. Je me suis quand même limitée  à deux car je ne voulais pas perdre les lecteurs et surtout, ces deux personnes-là portent l’histoire. C’est leur histoire! Et ils vous la racontent avec douceur et sincérité.

_Enfin, c’est une romance, mais différente des deux autres. On pourrait presque tabler sur de la littérature générale. Car même si la romance est le fond de l’histoire, elle n’est pas présente à proprement parler dans le livre. Je ne peux pas trop vous en dire plus, mais j’espère que cette histoire vous plaira, vous touchera, vous fera sourire, pleurer, et vous donnera envie de continuer à me lire!

Et le titre? 

Je ne suis pas certaine de garder mon titre. Il n’est que provisoire. J’ai besoin d’y réfléchir à tête reposée, et de me pencher sur plusieurs idées pour me décider. Autant pour mes deux premiers romans, les titres me sont apparus sans que j’ai besoin de chercher. Autant pour ce troisième, j’ai bien un titre qui m’est apparu, mais je ne suis pas encore certaine de le garder. Peut-être demanderai-je l’avis de mes abonnés d’ici-là! 😉

Et la couverture?

Elle est trouvée. Un coup de coeur. Je la voulais lumineuse, fraîche, colorée… Elle est sombre, plutôt triste et en noir et blanc… Haha!! Mais je n’y peux rien, j’ai eu un coup de coeur et ceux qui liront l’histoire comprendront l’importance de cette illustration!

Et la date?

Grande question! Je comptais sortir l’histoire avant l’été car en travaillant d’arrache-pied, c’est faisable! Sauf que j’hésite. Je me dis que pour ce troisième, j’ai envie de prendre mon temps, de laisser reposer le manuscrit, sur conseil de beaucoup d’auteurs talentueux, et d’y revenir dans quelques semaines ou quelques mois. Pourquoi pas le sortir à la rentrée? Difficile pour moi qui suis impatiente de partager l’histoire avec vous, mais j’ai tellement envie que le manuscrit plaise, j’ai envie de mettre toutes les chances de mon côté et vraiment travailler à la fois le fond, la forme et la promo. Je suis donc encore en pourparlers avec moi-même et je suis tenace en négociation!! Haha!

Je vous en dis plus dès que moi et moi, nous serons mis d’accord!

Et en attendant?

Je ne compte pas me la couler douce jusqu’à la rentrée, rassurez-vous! Je participe à un projet collectif qui verra le jour cet été. Je suis aussi rédactrice pour le site Livrenpromo, entre autres. Et je me plongerai dans l’histoire de roman n°4 assez rapidement, afin de me remettre à l’écriture en attendant que roman n°3 se soit bien reposé, au chaud, dans mon ordinateur! Et puis bon j’ai quand même un travail, hein, un vrai qui paye les factures et qui me demande aussi beaucoup de temps!

Allez, je suis sûre que vous avez plein de choses à faire alors je vous libère!
N’oubliez pas que vous pouvez découvrir Maintenant et à jamais ou Contre vents et marées

(Ici =} http://amzn.to/2F6zazB )

Et si vous vous abonnez à la Newsletter, vous aurez la chance de recevoir 4 cadeaux gratuits (voir page d’accueil: http://audreymartinez.fr/ ) et de recevoir des Newsletters régulières dans votre boîtes mail.

Rhooo les chanceux!!!!! Promis pas de SPAM!

A bientôt!

Audrey

%d blogueurs aiment cette page :