Publié le

Utiliser Google Agenda

 

Bonjour à tous,

En début de mois, je vous parlais organisation, et notamment de celle de ma boite mail! Aujourd’hui, nous continuons sur cette lancée car je vais vous parler de google agenda! 

Vous connaissez? 

Google Agenda est un agenda en ligne (disponible sur votre ordi mais aussi sur votre téléphone) qui vous permet d’enregistrer vos événements, dates, rencontres, choses à faire etc

Pour le trouver sur votre ordinateur, c’est ici =} https://calendar.google.com

Organiser ses semaines

Google Agenda, c’est donc un agenda. L’avantage? On peut l’avoir sur son téléphone, sur son ordinateur, sur sa tablette. Pas besoin de transporter son petit agenda papier.

Alors je vous rassure, pour l’école, j’ai un agenda papier car j’ai des réunions, des choses à préparer et j’ai besoin de les noter. Par contre, il ne me sert que pour la classe donc pas de mélange avec mes autres plannings. 

Je disais donc, Google Agenda vous permet d’enregistrer des événements, à des heures précises ou sur une journée entière. Vous pouvez aussi enregistrer des rappels (un peu comme une alarme, un réveil). 

 

Par exemple, voici le planning pour la publication de mes articles du mois de mars. Ce planning ne concerne que mon blog.

 

 

La possibilité d’avoir plusieurs plannings

Ce qui est génial avec Google Agenda c’est qu’on peut enregistrer plusieurs plannings différents, utiliser des couleurs pour se repérer. 

Par exemple, de mon côté, j’utilise un planning perso, un planning pour mon blog, un planning pour mes corrections et un dernier planning pour les articles sur Livrenpromo (site pour lequel je suis Rédactrice en Chef).

Chaque planning a sa couleur et on peut cocher, décocher en fonction de ce que l’on souhaite voir. Et tout cela est disponible sur l’ordi et sur le téléphone. À partir du moment où on a un compte google, tout se synchronise automatiquement!

 

Partager l’un de ses plannings 

Enfin, avantage ultime, il est possible de partager l’un de ses plannings (ou plusieurs). Pour cela, on donne l’accès à des personnes via leur adresse mail et chaque utilisateur peut ajouter ou modifier des éléments du planning. C’est ce que nous utilisons chez Livrenpromo pour organiser la publication de nos articles car nous sommes nombreux. On peut ainsi voir qui va écrire sur quoi et quand. 

Par exemple sur cet aperçu, vous pouvez voir mes plannings blog et Livrenpromo, sur le téléphone. Sur l’ordinateur, je vous rassure, la visibilité est meilleure! (voir ma photo plus haut!)

 

Alors, est-ce que cet outil n’est pas génial? Je vous assure que c’est idéal pour s’organiser, n’hésitez pas à tester!

À bientôt!

Audrey

Publié le

Organiser sa boite mail!

 

Bonjour la compagnie.

Aujourd’hui, on parle organisation!

Le 2 mars, j’ai reçu dans ma boite mail la Newsletter de Nathalie Bagadey (Si vous ne connaissez pas Nathalie, c’est ici =} http://nathaliebagadey.fr/)

Elle préconisait de faire du tri dans sa boite mails et surtout de créer des dossiers pour tout organiser. Et comme, je ne suis pas du genre à procrastiner et que je ne suis pas non plus patiente, dans les minutes qui ont suivi, j’étais déjà connectée à ma boite mail auteur (j’ai une seconde boite mail perso/boulot). Et là, horreur, plus de 400 mails dont quelques-uns non lus (que j’aurais dû effacer), des mails que j’avais marqués de la petite étoile afin de me rappeler qu’ils étaient importants et un bon paquet au milieu qui étaient noyés dans la masse (mais je les avais lus ceux-là!). Je me suis dit qu’il était temps de s’y coller. J’ai donc passé l’heure suivante à tout trier et organiser.

J’ai effacé pas mal de mails inutiles ou qui n’étaient plus d’actualité et j’ai ensuite créé des dossiers pour organiser tout ce bazar virtuel!

Je ne vous parle même pas de tous les mails qui vivaient leur vie dans mon dossier SPAM! Hop corbeille!

J’ai donc créé des dossiers, mais bien sûr, chacun est libre de créer les catégories qu’il souhaite en fonction de ses activités et de ses besoins.

Pour Nathalie, elle expliquait avoir créé les dossiers suivants: 

  • « À effacer au bout de quelque temps »
  • « À lire – messages longs » 
  • « Archives » 

De mon côté, j’ai besoin de créer des dossiers beaucoup plus précis pour m’y retrouver plus facilement. J’ai donc créé les rubriques suivantes:

  • Administratif livres: les échanges de mails administratifs (BNF, ISBN etc)
  • Autour de mes livres : les retours de lectrices notamment, les échanges avec les bêta etc
  • Club Des Indés: tout ce qui tourne autour de nos projets collectifs ou de notre Club
  • Concours: les concours auxquels je participe, en ce moment par exemple: les Indés Awards 2018
  • ITW: Les interviews auxquelles je réponds pour des blogs 
  • Livrenpromo: tous mes articles et échanges de mails en rapport avec mes boulots de référenceuse et rédactrice pour le site
  • Newsletter: les Newsletters des auteurs et autres sites, auxquelles je suis abonnée
  • Rédactrice: les demandes d’articles à écrire pour divers sites 
  • Salons: les échanges de mails à propos des salons auxquels je vais ou veux participer
  • Site internet: les mails relatifs à la gestion de mon site
  • Temporaire: les mails temporaires à effacer rapidement (commandes etc)

 

EDIT DU 04/04: Cet article ayant été préparé à l’avance, il y a du nouveau sur ma boite mails! Désormais, un dossier « Corrections » a aussi été ajouté à mon organisation. Comme vous le savez, je me suis lancée dans la correction de manuscrits, notamment pour les auteurs indés. De ce fait, j’avais besoin d’un onglet spécifique afin d’échanger avec les auteurs sans mélanger nos correspondances à tous mes autres projets en cours. 

 

Evidemment, tous les mails de ces dossiers peuvent être effacés au fur et à mesure en fonction des besoins, des dates etc

Une fois terminé ce tri, je me suis sentie toute légère. Vous savez un peu comme quand vous décidez de faire du tri dans vos placards, de ranger les vêtements ou de faire du ménage. On ressent une grande satisfaction ensuite. On se sent toujours mieux et plus léger lorsque tout est organisé et rangé, ça fait du bien! 

*******************

Comme je l’ai dit, j’ai une autre boite mail qui concerne ma vie perso et mon boulot de prof, ce qui me permet de ne pas tout mélanger. Alors je vous vois venir, vous allez me demander si j’ai fait le tri sur mon autre boite mail, mouhahahaha, quand j’ai vu qu’il y avait plus de 1600 mails (et encore parce-que j’efface régulièrement!), je me suis dit que c’était moins urgent. :p

Je le ferai probablement, mais je lis les mails pro au jour le jour et j’y réponds immédiatement donc le reste n’est pas très important. Il y a moins d’urgence que sur ma boite d’auteur. 

Voilà, j’espère que vous aurez envie de vous organiser à votre tour et que vous trouverez VOTRE METHODE! N’hésitez pas à la partager en commentaire, je suis curieuse de savoir comment ça se passe chez vous. 😉 

A bientôt,

Audrey

 

 

 

Publié le

10 choses que vous ne savez pas sur moi!

 

(Sauf si vous me surveillez en cachette et dans ce cas-là, ça craint!)

 

1/ Je suis une grande sensible!

Je pleure comme une madeleine devant les films et les séries et même dans la vie, je peux avoir un moment d’émotion intense pour pas grand chose! Grande sensible, hypersensible même, je suis facilement touchée et émue par les situations, les mots, les événements…

2/ Je suis ultra gourmande!

Aïe, mes jeans ne me remercient pas, tout comme mes hanches qui me détestent à chaque bouchée de chocolat. Mais heureusement, je compense avec le sport! haha J’avoue le chocolat est MON GRAND PÉCHÉ MIGNON!

3/ J’ai écrit mon premier livre il y a 8 ans.

Oui oui, mon premier roman n’était pas « Maintenant et à jamais », mais « Ames soeurs » Tome 1: le journal de James. Une histoire de vampires/sorcières/pouvoirs qui devait devenir une trilogie et que je n’ai jamais publiée.

4/Je suis gaga des chiens!

J’avoue! J’ai grandi avec des chiens, berger allemand, caniche, boxer, épagneul etc j’ai toujours eu un ou plusieurs chiens à la maison. A l’âge adulte, rebelote, Miwa a pointé le bout de son nez, une Shiba Inu qui nous accompagne depuis bientôt un an. ♥ J’aime les chiens ♥

 

5/ J’étais présente à l’attentat de Nice, le 14 juillet 2016.

Cet événement a marqué ma vie à tout jamais. J’ai eu la chance incroyable de traverser ce drame sans être blessée, tout du moins physiquement. Mais c’est gravé dans ma mémoire et ça hante encore mon quotidien. Une pensée pour toutes les victimes. ♥

 

6/Je chante tout le temps.

En voiture, sous la douche, devant mon ordi, en faisant le ménage, dans la rue… Je n’y peux rien, c’est comme ça. 😉

7/ Je parle toute seule!

Que celui qui n’a jamais parlé tout seul me jette la première pierre. J’avoue, je réfléchis à haute voix, au travail, à la maison, dans la rue, dans les magasins. C’est comme noter ses idées dans sa mémoire en les disant à haute voix. Je passe pour une folle, et alors?

8/J’ai vécu trois ans en Ile de France.

Eh oui, à 23 ans, j’ai tout plaqué pour partir à Paris. J’y ai habité trois ans avec mon compagnon de l’époque. J’ai passé un master 2 tout en bossant dans un cabinet de recrutement spécialisé dans le domaine aéronautique. Une chouette expérience mais Nice me manquait, alors je suis revenue.

9/ J’ai un tatouage.

Sur mon poignet gauche. Le tatouage a vu le jour après l’attentat de Nice, au mois d’août. Une manière de me rappeler ma chance, une manière de me rappeler qu’il faut à tout prix réaliser ses rêves car la vie peut basculer du jour au lendemain.

10/ Je déteste avoir peur!

Je suis d’une nature sensible et stressée. Je ne lis pas de romans d’horreur ou trop sanguinolents et je ne regarde pas de films d’horreur ou trop violents. Je n’aime pas ça.

 

J’espère que cet article vous a plu, une manière de voir qui se cache derrière les romans.

A bientôt,

Audrey

 

Publié le

Pourquoi l’autoédition?

Bonjour la compagnie,

L’autoédition a mauvaise presse. Dans l’esprit général, si on est autoédité c’est parce qu’on n’est pas assez bon pour être publié en maison d’édition. Et bien sachez que la réalité est toute autre. Cela fait maintenant plusieurs mois que je côtoie le monde de l’autoédition. Je discute avec des auteurs, des blogueurs, je lis des articles, des témoignages, je regarde des vidéos. En bref, je baigne dans ce milieu.

Et lorsqu’on parle aux auteurs, soyez assurés d’une chose, ils sont plutôt ravis d’être autoédités et à 90% c’est par choix. Oui, vous avez bien lu, PAR CHOIX! Non pas parce que les maisons d’édition ont refusé leur manuscrit, non, ces personnes ont décidé de s’auto-éditer. Attention je ne suis pas en train de dire que tous les autoédités refuseraient un contrat d’édition si on le leur proposait. Certains oui, pour d’autres ils étudieraient la proposition, avec attention. D’ailleurs, des auteurs autoédités parviennent à vivre de leur métier d’auteur et cela sans ME. Comme quoi… Tout est possible!

Alors pourquoi l’autoédition est-elle appréciée?

L’autoédition rime avec LIBERTE. Car être autoédité, c’est maîtriser son aventure de A à Z. C’est décider de tout, de la couverture, du titre, de la forme, du contenu du livre, de la promo, du prix, de TOUT. Et c’est réellement ce qu’aiment les auteurs. Avoir la main sur LEUR livre car ils ont travaillé durant de longues heures afin de publier une histoire, alors autant aller jusqu’au bout en choisissant chaque détail.

Le hic, eh bien: il faut tout faire. Bien sûr, il y a toujours la possibilité de faire appel à un graphiste pour la couverture, un correcteur pour les corrections, un site de type librinova pour être épaulé. Mais, beaucoup d’auteurs préfèrent tout faire eux-mêmes et cela demande de la formation, du travail (beaucoup!) et de la persévérance. On essaie, on teste, on réessaie, on regarde des vidéos, on lit des articles, on pose des questions aux copains auteurs, on s’arrache les cheveux, on insulte son ordi, mais au final, quelle satisfaction de parvenir à faire ce que l’on souhaitait!

 

Et moi?

Et bien, comme pour la plupart de mes amis auteurs, cela a été un choix. Un premier choix. Car je ne me suis pas vraiment posée la question. Je savais qu’être éditée en maison d’édition était quasiment impossible en étant inconnue. Je n’ai pas tenté d’envoi de manuscrit. Je me suis renseignée sur l’autoédition et j’y ai pris goût, car j’ai pu tout décider et tout gérer du début à la fin. J’ai pu porter mon roman jusqu’au bout de l’aventure. Et c’est vraiment une satisfaction incroyable de tenir son premier roman dans ses mains. Le tout premier, le PROOF que vous demandez après avoir passé tant d’heures à tout mettre en forme. Il est là, il est à vous et c’est votre travail! Quel bonheur! 
Par la suite, quelques mois après, comme mon livre marchait bien et les retours étaient positifs, j’ai tenté quelques envois à des maisons d’édition, seulement certaines qui acceptaient des manuscrits par mail, il était hors de question pour moi de payer une fortune afin d’envoyer des manuscrits à travers la France à de grandes ME qui sont déjà débordées et croulent sous les demandes. J’ai essuyé quelques refus, pour les autres, ils ne prennent même pas la peine de répondre. Je n’ai pas tenté les petites ME car je suis plutôt contente de l’autoédition et je me dis que si un jour je suis éditée ce sera par une ME qui pourra réellement m’apporter de la visibilité et qui a du réseau. Pas forcément une très grosse ME, certaines moins importantes arrivent à se démarquer. Mais en attendant, je vis très bien l’autoédition et je compte bien continuer sur cette voie. Je n’ai d’ailleurs envoyé mon second manuscrit à aucune ME. Et je ne compte pas le faire. On verra plus tard. Peut-être.

Je ne ferme donc pas les portes à une possible maison d’édition, bien au contraire. Etre édité est flatteur et surtout cela permet de gagner une visibilité qu’il nous est difficile d’atteindre en tant qu’autoédité. Pouvoir voir son livre dans des librairies et magasins, c’est vraiment un plus qui me manque actuellement. Car il ne faut pas se mentir, c’est assez compliqué de placer son roman en librairie et c’est le numérique qui cartonne de mon côté. Mais, en attendant, je peux suivre mes ventes, décider de tout, des promos, des modifications, du contenu, de la forme et j’ai la chance de toucher mes redevances chaque mois! Je n’ai donc pas à me plaindre.

Pour conclure, je voulais ajouter que la communauté des auteurs indés est vraiment fabuleuse. Elle est assez soudée, solidaire et on n’est jamais vraiment seul dans l’aventure, car il y a toujours quelqu’un pour vous conseiller ou vous aider. Les blogueuses et blogueurs qui lisent des indés sont aussi un atout majeur et un soutien incroyable! Cette belle communauté permet à chacun de vivre son rêve, que ce soit celui de la lecture ou de l’écriture. Sachez qu’il y a vraiment de très bons romans en autoédition, des romans même meilleurs que certains édités. Etre autoédité ne veut pas dire mauvais, au contraire, ce sont des auteurs qui se battent pour leur art et leur passion. J’ai découvert de très belles pépites au cours de ces derniers mois. Alors laissez-vous tenter! Et puis c’est quand même sympa de pouvoir discuter avec un auteur après sa lecture. Les indés sont plutôt ouverts et accessibles, c’est un plus! 

Pour lire mes romans, c’est ici =}  http://amzn.to/2F9WI6D

 

A bientôt,

Audrey

 

Publié le

Pourquoi j’écris?

Bonjour la compagnie,

Grand sujet! Je suis sûre que cette question vous brûle les lèvres et vous attendez maintenant depuis des mois une réponse de ma part. (C’est beau de rêver! :p)

 

La grande question posée à tous les auteurs, pourquoi écrivons-nous? Quand avons-nous pris la décision? Y’a-t-il une raison? Un déclic? Une envie depuis toujours? Des carnets noircis depuis des années qui reposent dans le tiroir d’une commode?

Eh bien voilà mon histoire (haha, c’est digne d’un film, vous ne trouvez pas?).

 

Il y a huit ans après avoir vu Twilight I (un an après tout le monde puisque le 2 sortait au cinéma), j’ai eu un coup de coeur. J’ai eu envie d’écrire à mon tour une histoire qui m’aide à m’immerger dans un autre monde, loin de la réalité, avec des créatures surnaturelles. Je me suis mise à lire des livres fantastiques en pagaille et j’ai écrit le premier tome de ce qui devait devenir une trilogie. Cela parlait de vampires, d’amour, de sorcière, de pouvoirs etc. J’étais assez contente de moi, j’écrivais jour et nuit, j’adorais ça! Je me couchais parfois à 6h du matin quand mon compagnon se levait pour aller travailler. Et puis j’ai commencé le tome 2 dans la foulée et je me suis arrêtée à la moitié. J’ai trouvé un nouveau boulot, je me suis séparée de mon compagnon de l’époque, nouvel appart, nouveau départ. En bref l’écriture a été reléguée en second plan et les manuscrits se sont perdus dans le fond de mon disque dur.

Et puis en 2015, je me lance à nouveau dans l’écriture. J’avais changé de type de lecture, j’étais passée à de la littérature générale, de la romance, des comédies. Exit le fantastique, je n’en lis plus du tout. Mes goûts ont changé, mes envies aussi. Et de toute manière après tant d’années les vampires et les sorcières il y en avait partout, mes idées n’étaient plus nouvelles mais bien vues et revues. Je suis donc partie sur une toute nouvelle histoire (le premier jet de Maintenant et à jamais). Et une nouvelle fois après avoir écrit 90 pages et terminé ce manuscrit, il s’est retrouvé au fond d’un tiroir. Je n’étais pas encore prête, je le trouvais nul et sans intérêt. Ça n’allait pas.

 

En 2016: je suis sur la Promenade des Anglais au moment de l’attentat, je vois le camion, les policiers passent devant moi arme à la main, j’entends les cris, la panique, les coups de feu, je cours pour me mettre à l’abri, bref l’histoire vous la connaissez. Quelques mois plus tard, je décide que la vie est courte et qu’il faut à tout prix réaliser ses rêves et se donner les moyens de parvenir à avoir la vie que l’on souhaite. Cette idée d’écrire un roman était toujours bien présente dans un coin de mon esprit. Je devais le faire. Fin 2016 donc, je reprends le manuscrit de Maintenant et à jamais et j’y travaille pendant des semaines, modifiant, retapant, ajoutant des scènes, encore et encore, jusqu’à ce qu’il passe de 90 pages à plus de 200. Je suis allée au bout de l’histoire et cette fois, il était hors de question de m’arrêter en chemin, j’étais motivée, déterminée. Je me suis renseignée en parallèle sur l’autoédition, je me suis formée toute seule, pour apprendre à créer une couverture, à formater un texte, à publier sur les plateformes en ligne etc et j’ai choisi, bien évidemment, la date du 14 juillet 2017 pour publier mon roman. Comme un clin d’oeil, comme une envie de faire de cette date quelque chose de plus positif que dans mon souvenir.

 

 

Voilà, je vous épargne la suite de l’histoire, car aujourd’hui, je ne vois plus ma vie sans l’écriture. C’est devenu essentiel, une passion, un besoin.
Quand vous lisez des témoignages d’auteur, il n’est pas rare de constater que leur premier roman n’est en fait pas le premier, il y a eu d’autres choses avant, des carnets noircis, des idées, des histoires commencées, inachevées etc. Pour moi, le déclic a été cet événement traumatisant dans ma vie, il m’a donné l’envie et la force d’aller au bout de l’aventure. Les années précédentes, je n’étais probablement pas encore prête à franchir le pas, à me lancer à 100%. Une manière pour moi de tirer quelque chose de positif de ce drame.

J’espère que cela vous donnera l’envie, à votre tour, de vous lancer, si jamais vous hésitez encore car il faut réaliser ses rêves, nous n’avons qu’une vie, profitons-en.

 

 

Audrey