Archives de
Catégorie : Autoédition

La check list de l’auteur avant la publication

La check list de l’auteur avant la publication

 

Salut la compagnie,

Comme vous le savez mon prochain roman sort le 3 octobre. J’ai une liste de choses à faire préparée avant l’été pour organiser la sortie de ce troisième roman (eh oui, j’ai l’habitude de faire des listes et d’organiser les choses à l’avance!). Une sorte de check list à suivre pour ne rien oublier. Bien sûr, elle est adaptée à ma situation, et j’ai ajouté pas mal d’étapes de promotion. J’ai donc eu l’idée de vous proposer une liste récapitulative de ce qu’il y a à faire avant la publication. Elle n’est pas forcément exhaustive, car en fonction des cas on peut ajouter des éléments, mais je vous propose l’essentiel, notamment si vous débutez!

 

 

Petite précision: les étapes ne doivent pas forcément suivre l’ordre indiqué. Pour une raison simple: certaines étapes peuvent se faire en même temps. Par exemple, on peut demander l’ISBN pendant les corrections ou la mise en page, sans attendre d’avoir bouclé le roman. On peut penser  à la couverture en amont, tout comme on peut écrire un communiqué de presse dès qu’on a terminé le livre. Chacun fait comme il le sent. Par contre certaines étapes doivent forcément se suivre. On ne peut pas créer sa couverture avant d’avoir fini la mise en page du broché (car il faut le nombre de pages du roman pour calculer la taille du dos). En bref, avec le temps, vous vous organiserez comme vous le sentez. L’important est de ne rien oublier.

Prêts?

 

1_ L’écriture

Étape logique. Avant toute chose, il faut finir l’écriture de son roman. Je passe les détails sur l’écriture en elle-même, j’ai prévu d’autres articles sur ce sujet dans les semaines à venir.

Quelques conseils pour lutter contre la panne d’écriture ICI

 

2- La relecture

Après avoir terminé l’écriture, il est bon de laisser reposer son livre. Quelques jours, quelques semaines, quelques mois. Chacun son rythme. Deux à trois semaines semble être un bon rythme. Si c’est plus, c’est bien aussi. L’idée est de prendre du recul et de revenir avec un oeil « presque » neuf. Vous détecterez plus facilement les incohérences, les coquilles, les fautes.

 

3- La bêta-lecture

Certains auteurs ne passent jamais par cette étape. De mon côté, je la trouve intéressante. Encore faut-il trouver de bons bêta-lecteurs. Oubliez tout de suite: maman, votre meilleure amie, votre soeur etc Il vaut mieux un avis extérieur. Les avis des proches peuvent parfois être biaisés et ce n’est pas le but. Le bêta devra être honnête, juste et ne pas aller au-delà de son rôle. Eh oui, bêta ne veut pas dire auteur bis. Vous n’allez pas changer toute l’histoire parce que votre bêta aurait préféré qu’il soit brun, que la scène se déroule dans un café ou que les amoureux se retrouvent à la fin. Il faut savoir jauger les conseils et déterminer ceux qui sont utiles à votre histoire et ceux qui ne le sont pas. Les bêtas peuvent traquer les incohérences, les choses à côté desquelles vous êtes passé (un personnage qui a une voiture au début du roman puis une moto à la fin sans que vous l’ayez expliqué/ Un personnage brun qui devient blond en cours de route etc). Cet oeil extérieur permet de traquer ce que vous ne voyez plus, mais vous n’allez pas changer l’histoire pour plaire au bêta. Chaque bêta aura d’ailleurs son propre avis. Par contre, prenez les conseils en compte, parfois ils peuvent vous apporter de nouvelles idées, un point d’amélioration etc

Enfin, il ne faut pas multiplier les bêta, c’est sans fin. On ne prend pas 15 bêtas. Je crois que 5 est un maximum correct.

 

4- La correction

Je vous conseille de faire la bêta AVANT la correction car il est fort possible que vous fassiez des changements suite aux bêta-lectures. Changements qui amèneront un nouveau check up niveau correction. Donc on ne fait pas la bêta après la correction du livre, sinon c’est double charge de travail.

Pour la correction, soit vous la faites seul (c’est ce que je fais), vous pouvez vous faire aider d’un logiciel (Antidote), vous pouvez aussi faire appel à un correcteur pro.

Je vous déconseille de demander à vos bêtas de corriger. Bien sûr, ils peuvent tomber sur des fautes ou des coquilles ou vous les signaler. Mais bêta-lire et corriger sont deux activités différentes. L’une s’attarde sur le fond, l’autre sur la forme. Lorsqu’on corrige, on se concentre vraiment sur la grammaire, la typo, l’orthographe etc au détriment du fond. À l’inverse quand on fait une bêta, on s’immerge dans l’histoire, on se fond dans le décor sans regarder la forme en détail pour ne profiter que de l’histoire.

Vous trouverez ICI mes conseils de correction. Et ICI mes prestations si vous voulez faire appel à un correcteur.

 

5- La relecture

La dernière relecture (enfin je vous rassure, vous en ferez plein avant la sortie du livre), c’est celle qui traque les dernières fautes, les dernières coquilles après la correction. Il s’agit de traquer le tiret défectueux, la faute de frappe, le mot mal aligné etc En général, je le lis plusieurs fois en numérique (essayez aussi en commençant par la fin), mais aussi en format broché lorsque je reçois mon Proof pour vérifier sous tous les formats.

 

6- La mise en page

La mise en page n’est pas l’activité la plus passionnante. De mon côté, pour le format numérique j’applique mes styles au fur et à mesure, ce qui me fait gagner un temps fou. Je n’ai qu’à ajouter mes pages remerciements et autres pour la mise en page, c’est assez rapide.

Pour le format broché, je copie colle mon format numérique et je remets correctement en page (début d’un chapitre sur une page impaire,vérification des sauts de page, je modifie la taille des titres, je mets en forme les citations et les notes de bas de page…). En général, en maxi 1h c’est bouclé 😉

J’utilise le template Createspace afin d’adapter la mise en page à la taille du livre choisi.

 

7- L’ISBN

En parallèle de tout cela, vous pouvez demander vos ISBN. Personnellement, j’en demande plusieurs d’un coup, ça évite de refaire la demande à chaque fois. Certaines plateformes comme Amazon propose ses ISBN, mais personnellement, j’aime bien avec les miens, sachant que seuls les deux derniers chiffres changent, c’est un peu une marque de fabrique. 😉

Quelques explications pour faire la demande auprès de l’AFNIL, ICI.

 

8- La couverture (broché + numérique)

La couverture, c’est une étape importante. Vous pouvez faire appel à un graphiste ou la faire vous-même.

Faites attention, il faut des images de très bonne qualité pour les deux couvertures. Pour le broché, il faut avoir fini sa mise en page pour connaître le nombre de pages et donc la taille du dos. Vérifiez bien que vous avez la même taille de livre que pour votre intérieur (ce serait dommage de devoir tout recommencer).

 

9- Le copyright

Le dépôt copyright sert à protéger votre oeuvre. Elle peut se faire sous diverses formes: envoi d’une enveloppe cachetée, mail, huissier, avocat. Tous ces moyens n’ont pas la même force. De mon côté, je préfère marquer le coût en utilisant le site copyright France qui propose des tarifs corrects (il existe d’autres sites évidemment). À vous de trouver ce que vous préférez. En général j’attends d’avoir fini ma couverture et j’enregistre les fichiers broché et numérique ainsi que les couvertures numérique et broché dans un même envoi.

Attention à bien le déposer avant les envois service presse etc pour éviter les soucis.

Pour découvrir Copyright France, c’est .

 

10-Le booktrailer

Étape facultative: créer un booktrailer. Ce peut être un plus même s’il faut l’avouer ce n’est pas ce qui fait forcément vendre.

Personnellement je le fais car ça m’amuse et si ça peut toucher quelques lecteurs de plus, pourquoi pas. 😉

Malgré tout, ça prend du temps et il faut être à l’aise avec les montages vidéo. J’utilise Kizoa, un site très pratique pour ceux qui comme moi n’ont aucune connaissance en montage, et qui n’ont pas envie d’investir dans un logiciel payant ou hors de prix. Il est très simple d’utilisation et le rendu n’est pas trop mal. 🙂

Mon article sur Kizoa, ICI. Mon dernier booktrailer, par là.

 

11- Les marque-pages / flyers

Étape non obligatoire, mais qui fait toujours plaisir aux lecteurs: les marque-pages. Il est toujours agréable d’en glisser dans les livres que l’on vend. Vous pouvez aussi les distribuer dans les salons ou à diverses occasions pour que les lecteurs aient vos coordonnées et en sachent plus sur vos livres. Dans le même ordre d’idée, vous pouvez prévoir des flyers ou des cartes de visite.

J’utilise printo’clock que je trouve correct avec des prix abordables et du travail de bonne qualité.

 

12- Le kit média

Le kit média n’est pas obligatoire. Il peut servir aux blogueurs, aux journalistes pour des services presse ou pour des interviews. C’est donc un plus de le mettre à disposition sur votre site internet.

Vous pouvez y glisser des extraits, une biographie, un communiqué de presse, le synopsis etc

Pour voir mes kits média, c’est par ICI.

Il y en a un par roman, sous format ZIP.

 

13- Le communiqué de presse

Le communiqué de presse n’est pas obligatoire, c’est le document que vous envoyez aux journalistes pour déclencher un article dans un journal ou une ITW par exemple. En général, il faut l’envoyer un bon mois avant la publication de votre roman. Vous pouvez aussi faire appel à des sociétés spécialisées, mais les prix ne sont pas toujours abordables pour des auteurs indés.

 

14- La promo sur les RS

Avant la publication, il faut monter un plan de communication afin de promouvoir son livre sur les réseaux sociaux et afin de donner envie aux lecteurs de le découvrir dès sa sortie.

Pour cela, vous pouvez diffuser le booktrailer, des extraits, dévoiler le titre, la couverture et le synopsis en décalé etc Il faut trouver votre manière de faire, qu’elle soit attractive sans être trop envahissante.  Attention à vous adapter à chaque réseau: insta n’a pas les mêmes exigences que Twitter par exemple.

Pour planifier votre planning, vous pouvez utiliser un agenda, un tableau récapitulatif, faire une liste.

J’en profite pour vous reposter mon article sur Google Agenda qui est juste incontournable! C’est ICI.

 

15- Les services presse

Les services presse peuvent se faire avant ou après la publication du roman. Vous envoyez gratuitement votre livre à des blogueurs, en format numérique ou papier et ces derniers s’engagent à poster une chronique ou une critique de votre livre sur les réseaux et/ou sur leur blog. Ils peuvent aussi laisser un commentaire sur les sites d’achat du roman.

Faites bien attention à cibler des blogueurs qui sont intéressés par votre genre (ne pas envoyer une romance à un blogueur passionné de polar par exemple). Et, sachez que vous vous exposez aussi à des critiques négatives, car le blogueur se doit d’être honnête.

 

16- Le concours

Avant ou après la sortie de votre roman, vous pouvez organiser un concours (idéalement en avant première). Vous pouvez faire gagner des romans numériques ou brochés si vous en avez à disposition. Cela permettra de faire parler de votre livre sur les différents réseaux sociaux.

 

17- Créer son livre sur KDP ou autres plateformes

Étape logique mais qu’il faut préciser: créer ses comptes sur les plateformes de vente. Anticipez en vous y prenant à l’avance car parfois il peut y avoir des couacs de dernière minute. Vous pouvez programmer des pré-commandes (en fonction du site) afin d’être certain que le livre paraîtra le bon jour.

Sur Amazon, c’est possible pour le numérique, mais pas pour le broché.

 

18- La BNF

En principe, l’envoi doit se faire avant la publication du roman. Mais concrètement, pour nous qui devons attendre la publication pour pouvoir commander (en tout cas sur Amazon), nous l’envoyons souvent après, et ça ne pose pas de problème.

Attention toutefois, il s’agit d’une obligation légale, il vaut mieux ne pas s’y soustraire.

Cela ne concerne que les livres brochés et non pas les livres numériques.

D’autre part, si vous modifiez votre texte, la taille du livre etc vous êtes obligé de refaire un dépôt auprès de la BNF. N’hésitez pas à les contacter pour voir les cas précis.

Si vous souhaitez connaître le processus d’envoi du livre à la BNF, c’est ICI.

 

J’espère que cet article vous aura aidé!

A la semaine prochaine 😉

 

Mes projets 2018-2019

Mes projets 2018-2019

 

Salut la compagnie,

 

Aujourd’hui on se retrouve pour parler de mes projets perso. Eh oui, il est temps de faire un petit point sur mes projets à venir pour fin 2018 et début 2019.

 

  • La valse des souvenirs

Vous le savez sûrement, « La valse des souvenirs » sera publié le 3 octobre. Ce roman a été écrit en février, puis je l’ai laissé reposer quelques mois, avant de le reprendre cet été pour le corriger et tout mettre en forme. Certains ont vu passer ma liste de choses à faire sur les réseaux sociaux… et elle est presque bouclée! La fin est proche (je vous prépare un article pour l’automne sur les choses à prévoir avant de publier son livre, toutes les étapes à ne pas oublier).

Mon troisième roman va donc prendre son envol, ce qui me laissera l’occasion de me pencher sur de nouveaux projets.

 

=} Découvrir le booktrailer

=} Mon article récap

=} Le synopsis

 

 

 

  • Les bêta et corrections

Depuis mars, je propose « mes services » pour bêta-lire ou corriger les manuscrits d’auteurs indés (nouvelles, romans…). Et je dois dire que cette aventure, même si elle me prend ÉNORMÉMENT de temps, est assez passionnante et intéressante. J’ai rencontré plein d’auteurs sympas que je ne connaissais pas et j’ai découvert de belles oeuvres dont j’essaie de faire la promotion pour les aider au mieux à démarrer. J’ai pensé arrêter, honnêtement, par manque de temps, mais ça m’apporte beaucoup alors pour le moment je garde le cap et je me reposerai la question d’ici quelques mois. De toute manière, je déteste m’ennuyer!

Sachez que mon planning correction est bouclé jusqu’à la fin de l’année…eh oui!

Pour les bêta, j’ai de la place à partir de novembre, pas avant. Je suis désolée, j’ai dû « refuser » des missions, mais je n’ai pas le choix, je ne peux pas allonger les journées. 🙂

=} Pour en savoir plus, c’est ICI.

 

 

  • Mes romans à venir

En 2019, au moins deux romans verront le jour. En réalité, j’ai écrit le 4ème cet été et j’ai ensuite écrit le 5ème dans la foulée (pas encore terminé, il me reste une dizaine de chapitres). Mais finalement, ils vont être inversés. C’est-à-dire que mon 5ème sera publié avant le 4ème. Haha

Le 4ème est un roman que j’ai commencé il y a un an et que j’avais arrêté au 20e chapitre à peu près, car quelque chose n’allait pas dans l’histoire et je n’arrivais pas à entrer suffisamment dedans, à trouver ce qui clochait. Du coup, je l’avais mis de côté pour écrire « Contre vents et marées ». J’y suis donc revenu cet été, car pendant quelques mois, j’y ai beaucoup réfléchi et j’ai trouvé L’Idée qui me manquait. J’ai donc pu le reprendre au début, le modifier et le terminer.

Et dans la foulée, j’ai commencé le 5ème roman, la trame s’est dessinée assez rapidement. J’ai donc commencé l’écrire tout de suite, et j’espérais finir avant fin août, mais je pense que ce sera plutôt mi septembre. )

Ces deux romans sortiront en 2019, soit avant l’été pour les deux, soit l’un avant l’été et l’autre juste après, tout dépend de mon planning. Il me faudra les relire, les retravailler, les corriger, faire les couvertures etc et ça prend beaucoup de temps. 🙂

 

  • Les plumes indépendantes et le Club des Indés

Je fais toujours partie de ces deux regroupements d’auteurs et même si je ne peux rien dire pour l’instant, sachez que des projets se dessinent pour 2019, donc soyez au rendez-vous. Si vous aimez les indés, et que vous souhaitez soutenir l’autoédition, on compte sur vous.

=} Découvrir Le Club des Indés

=} Notre dernier recueil gratuit « Destinations inconnues »

 

=} Découvrir Les plumes Indépendantes

=} Notre recueil « Il était une plume »

 

 

  • Livrenpromo

Enfin, je suis toujours Rédactrice en Chef du site Livrenpromo. Donc n’oubliez pas de venir y faire un tour régulièrement, car en plus des promos quotidiennes sur les ebooks, vous pouvez aussi lire des articles sur l’autoédition, l’écriture, les adaptations ciné, des romans, des conseils lecture, bref une panoplie d’articles préparés avec beaucoup de soin par notre équipe de rédactrices!

=} Découvrir le site

 

***********

N’hésitez pas à fouiner sur mon site car en plus de mon actualité, vous y trouverez de nombreux articles conseil: correction, panne d’écriture, ISBN, BNF, tout pour vous aider à démarrer votre activité d’auteur.

=} Le BLOG

 

***********

Si vous vous abonnez à ma Newsletter, vous recevrez ces articles dans votre boite mail, mais aussi plusieurs cadeaux: deux nouvelles gratuites et les premiers chapitres de mon prochain roman (en exclusivité!).

 

À bientôt,

Audrey

 

L’association les plumes indépendantes

L’association les plumes indépendantes

 

 

Les plumes indépendantes, qu’est-ce que c’est ?

Créée en novembre 2017 par les auteurs Erika Boyer et Loli Artésia, l’association Les Plumes Indépendantes a pour objectif de réunir, soutenir et promouvoir les auteurs indépendants et les activités y afférent (correction, illustration, graphisme, …), ainsi que leur production littéraire et artistique, par la mise en place d’événements à caractère culturel afin de sensibiliser un large public à la littérature indépendante.

Les projets
_ Le salon de Captieux

L’association Les Plumes Indépendantes organise son premier salon du livre à Captieux, commune du Sud-Gironde connue pour son dynamisme culturel.

L’objectif : réunir de nombreux auteurs indépendants et hybrides, ainsi que les acteurs de l’autoédition : prestataires de services liés à la publication, correcteurs, illustrateurs, graphistes, influenceurs littéraires, …

Les auteurs pourront tenir dans le Centre culturel un stand de dédicaces afin de rencontrer leurs lecteurs et de présenter leurs livres à un large public.
Les autres acteurs de l’autoédition pourront également tenir un stand présentant leurs prestations (services, illustrations, chroniques littéraires).

L’idée est de créer un événement dynamique et riche en découvertes, dédié aux auteurs indépendants, en partenariat avec la commune et la bibliothèque de Captieux.

=} EN SAVOIR PLUS SUR LE SALON

_ Les feather box

Sur le site des plumes, vous trouverez des box littéraires numériques et physiques. Chaque box a un thème.

La première avait pour thème le fantastique, la seconde aura pour thème l’horreur. Les pré-commandes sont closes mais vous pourrez bientôt commander la prochaine box! 🙂

=} VOIR LES FEATHER BOX 

_ Le recueil « Il était une plume ».

Ce recueil comporte 14 nouvelles totalement inédites sur le thème de la plume. Des auteurs indés (dont moi!) ont joué le jeu et ça vaut le détour! ♥

=} ACHETER LE RECUEIL

Je vous invite vraiment à le lire car il regorge de petites pépites! D’autre part, ne trouvez-vous pas que la couverture est sublime? Une association de toutes nos plumes! ♥ Je l’adore!

Synopsis: La plume et ses multiples facettes… Couverture de l’oiseau, outil de l’écrivain, symbole de la légèreté. Pour chacun, elle a une évocation particulière. Toujours, elle nous fascine. Souvent, elle nous échappe.

Quatorze auteurs indépendants ont pris le pari de la prendre pour totem et de lui rendre hommage à travers ce recueil singulier, aux multiples voix.

Laissez-vous happer par ce déluge de plumes, entrouvrez le temps d’une lecture la porte qui mène à leur monde.

Avec la participation de Loli Artésia, Erika Boyer, G!, Attila Valpinson, Flore Avelin, Chris Red, Antoine Delouhans, Hilda Alonso, Pierre Thiry, Tia Wolff, Lou B Simone, Frany Jane Cavalier, Audrey Martinez et Agnès de Cize.

Ma nouvelle : « Plume solitaire » vous attend avec impatience! 🙂 

Sum Up: le terminal de paiement par CB

Sum Up: le terminal de paiement par CB

 

Hello la compagnie,

Aujourd’hui, j’ai décidé de vous parler d’un outil indispensable lors des salons ou autres moments de dédicaces: un terminal de paiement par carte bancaire. Suite aux conseils de quelques collègues auteurs, j’ai sauté le pas pour Sum up et franchement, je ne regrette pas, il est facile d’utilisation, accessible et il ne prend qu’un petit pourcentage.

 

 

Le terminal de paiement Sum Up: qu’est-ce que c’est?

C’est un petit boitier qui vous permet d’accepter des paiements par carte bancaire.

  • Aucun frais mensuels (pas d’abonnement ou autre)
  • Sup um récupère seulement 1,75% par transaction. Les virements sont automatiques sur votre compte bancaire.
  • Le terminal accepte toutes les cartes bancaires
  • Inscription 100% en ligne, sans obligation de durée. Créez votre compte en quelques minutes
  • Livraison gratuite

 

Comment se le procurer?

Il vous suffit de cliquer sur ce lien, vous serez redirigé vers le site Sum up, vous pouvez le commander en ligne et vous le recevrez assez rapidement, une dizaine de jours maxi.

Le terminal est fourni dans une petite boîte super pratique et avec un câble pour le charger.

 

Si besoin, vous pouvez aussi commander une station de recharge et une imprimante de reçus, ainsi que d’autres accessoires (ICI).

Comment on s’en sert?

Il suffit de télécharger l’application gratuite sur votre téléphone.

Lorsque vous activez le terminal, on va vous demander de lier le téléphone et le terminal, ça ne prend que quelques secondes.

Ensuite, sur l’application, vous tapez le montant de la vente, puis facturer.

 

Votre téléphone va vous demander l’autorisation de vous connecter au terminal, vous cliquez sur oui et le terminal s’allume seul.

 

 

Le client pourra payer par carte bancaire en insérant sa carte sur le dessus du terminal ou grâce au sans contact (via la CB ou le téléphone).
Rapide et efficace. Surtout si vos clients n’ont pas d’espèces sur eux!

Pour le charger, il suffit de le brancher à l’ordinateur avec le câble fourni.

 

Parrainage

Si vous souhaitez bénéficier d’une réduction de 24€, alors il vous suffit de cliquer sur ce lien. Votre terminal ne vous coûtera que 15€ (au lieu de 39€), c’est donc plutôt une bonne affaire.

 

Prêts à vous lancer?

Bilan 1 an Maintenant et à jamais

Bilan 1 an Maintenant et à jamais

 

 

Oui oui oui! Nous y sommes! Cela fait un an maintenant. Vous vous rendez compte? Déjà un an! J’ai l’impression d’avoir fait tellement de choses et rencontré tellement de personnes en une année!

Le 14 juillet 2017, Maintenant et à jamais sortait officiellement sur Amazon. Le fruit d’un long travail. J’avais beaucoup d’appréhension. Comment allaient se passer les débuts. Allais-je arriver à avoir des lecteurs, moi qui étais inconnue…? J’avais eu 5 bêta-lectrices conquises, j’avais commencé à développer insta, twitter et mon site, mais mon réseau était minuscule…

Juillet et août ont été assez calmes, même si j’ai eu quelques ventes. Personne ne me connaissait ou presque. Mon entourage n’était pas au courant. Mais j’étais tellement contente de voir ces quelques ventes… C’était simplement le début, car début septembre, j’ai décidé de faire trois jours de promo à 0.99€ pour l’ebook, et ça a décollé… En octobre, j’ai eu la chance de participer au mois des indés et MEAJ a explosé! Depuis, les ventes n’ont jamais cessé, un vrai plaisir de voir les gens faire la connaissance d’Emma et Ian. Ils ont tellement de choses à raconter!

C’était un rêve, un défi, un besoin d’aller au bout de ce projet après le choc de l’attentat, et je l’ai fait. Je peux le dire, je suis fière de moi! Je crois qu’il faut parfois savoir se féliciter soi-même et se rendre compte de ce qu’on a accompli! Alors oui je ne vends pas comme Guillaume Musso, Aurélie Valognes ou Virginie Grimaldi, ou même comme quelques collègues indés comme Matthieu Biasotto ou Sonia Dagotor, mais qu’importe, je n’ai vraiment pas à me plaindre. Peut-être qu’un jour j’en vivrai, je ne sais pas… L’avenir nous le dira!

Mais surtout, les lecteurs sont présents, ils donnent une chance à ce livre, ils partagent un bout de vie avec mes amoureux, ils parlent du roman autour d’eux et ils sont au rendez-vous à chaque nouveau roman! Alors un IMMENSE MERCI car comme je le dis souvent, sans les lecteurs, nous ne sommes rien. Un livre se doit d’être partagé, nous voulons qu’il soit lu. Et ce sont les lecteurs qui nous donnent le sourire avec leurs retours bienveillants, parfois conquis, parfois émus. Je suis heureuse de partager cette aventure avec vous!

Petit bilan pour MEAJ

  • 3000 lecteurs
  • 60 commentaires
  • 4.6/5 sur Amazon
  • Élu meilleur roman indé 2018

Un beau bilan je trouve, et j’espère que ça continuera ainsi!

Un premier roman, ça fait toujours quelque chose. C’est le premier, celui qui lance tout, il a une saveur particulière et il compte beaucoup pour moi. Pour autant, j’aime aussi mes autres livres et j’espère que vous aussi! Ils sont différents, mais ils ont chacun leur histoire, leur essence, leur message. Savourez-les. ♥

Rendez-vous le 3 octobre pour le troisième roman, et n’oubliez pas de participer au concours: ICI !

A bientôt,

Audrey

CONCOURS 1 AN MAINTENANT ET A JAMAIS

CONCOURS 1 AN MAINTENANT ET A JAMAIS

 

 

Bonjour à tous,

Aujourd’hui, cela fait un an, un an que j’ai publié mon premier roman: Maintenant et à jamais (un article sera en ligne le 18 juillet avec un petit bilan de l’aventure!).

Pour l’occasion, j’ai décidé de vous gâter, et pas qu’un peu! J’ai vu les choses en grand!!

 

Prêts?

Le concours se déroule sur Twitter, facebook et sur ce site.

Pour participer, c’est simple:

Sur facebook:

  • On like la publication du concours
  • On like ma page
  • Si le coeur vous en dit, vous pouvez aussi commenter ou partager la publication!

Sur Twitter:

  • On Follow mon compte Twitter
  • On RT la publication du concours
  • Si le coeur vous en dit, on commente.

Sur le site:

  • On commente cet article
  • Si le coeur vous en dit, on s’abonne à la newsletter! (Il y a des cadeaux numériques à la clé et surtout des surprises à venir concernant le prochain roman!)

 

C’est bien beau tout ça, mais qu’est-ce qu’on gagne? 

Maintenant et à jamais a été publié, il y a un an, soit 12 mois! Vous me voyez venir?

Il y aura donc 12 gagnants!! Oui, oui, vous avez bien lu, 12 gagnants!

  • 1er gagnant: un pack (avec MEAJ en broché dédicacé, marque-page et une dizaine de goodies!!)
  • 2e gagnant: un pack (avec MEAJ en broché dédicacé, marque-page et quelques goodies! -pas trop quand même :p-)
  • 4 gagnants: mes deux livres au format numérique et marque-page sur demande
  • 5 gagnants: l’un de mes livres en numérique (celui de votre choix) et marque-page sur demande

 

C’est quand?

Du 14 juillet au 22 juillet inclus! Tirage au sort le 23 juillet!

 

France Métropolitaine uniquement

Pas de compte concours

 

 

Elle est pas belle la vie?

Bon alors, je compte sur vous, on participe, on partage, on commente car j’ai mis tout mon coeur dans la préparation des lots (d’ailleurs, vous pouvez aussi commander des packs sur mon site ! C’est tout nouveau mais franchement, j’avais envie de vous gâter!).

A bientôt,

Audrey

La panne d’écriture

La panne d’écriture

 

Bonjour à tous,

Aujourd’hui nous allons parler écriture ou plutôt d’absence d’écriture!

Le syndrome de la page blanche

Eh oui, chaque écrivain peut se trouver confronté un jour à la page blanche. Vous savez, ce moment, qui peut durer en plus, durant lequel vous vous retrouvez devant votre ordi ou votre carnet et rien, nada! Aucune idée, aucun début de phrase, le néant!

C’est un peu la cata… ou pas, vous allez le voir.

Il n’y a évidemment pas de solution miracle pour lutter contre le syndrome de la page blanche, malgré tout, il existe des solutions qui peuvent aider à se débloquer.

 

 

Les solutions…

Certains auteurs vous diront qu’il faut se forcer à écrire. S’obliger à se mettre devant son ordinateur par exemple, tous les jours, pourquoi pas à la même heure, pendant un certain temps et écrire… tout ce qui passe par la tête… Ça peut marcher, je ne rejette aucune solution. Pour ma part, ce n’est pas du tout ma manière de fonctionner. Si on me force, je bloque c’est certain. Mais rien ne vous empêche de tenter cette technique… Par contre, attention, il ne faut pas tomber dans le travers inverse qui consiste à écrire une fois par mois, pendant 10 minutes. Il faut malgré tout être régulier lorsque l’on écrit! Il faut savoir doser. 😉

 

 

Dans cet article, je vais plutôt vous parler feeling, envie, motivation… Car de mon côté, je ne me force jamais à écrire. J’écris si j’ai envie, quand j’ai envie, au moment où j’ai envie (si je le peux évidemment!).

Voici les quelques solutions à tester, essayer, adopter ou rejeter. ^^ Chaque auteur est différent, il faut donc trouver son propre chemin d’écriture. 🙂

  • S’entourer… Parler de son histoire à son conjoint, un ami, des auteurs-amis, des bêta, bref échanger avec des tiers qui pourront vous aider à débloquer vos idées, voire vous donner des éléments nouveaux.
  • S’aérer! Hors de question de rester devant son ordi, en regardant patiemment le curseur sans parvenir à écrire un mot. C’est le meilleur moyen pour déprimer encore plus. Donc il faut prendre du recul et s’éloigner de l’écran. Prenez un carnet avec vous si besoin, mais allez faire du sport, allez vous balader, faites une activité avec vos enfants, votre conjoint, des amis, bref faites autre chose!
  • Noter dans un carnet tout ce qui vous passe par la tête (une odeur, un paysage qui vous plait, un mot qui évoque quelque chose, un souvenir, un fait divers). Cela n’aura peut-être pas de sens immédiatement, mais qui sait? Peut-être est-ce le début d’une histoire!
  • Lire. Il n’est pas question de plagier, bien évidemment, mais lire ouvre l’esprit, aide à comprendre la structure d’un livre, développe l’imagination. Ça ne peut que vous aider dans votre travail d’écriture!
  • Sauter la première phrase. Parfois, on peut bloquer sur la première phrase, voire le premier paragraphe d’un roman. Soit, sautez le, sautez le premier chapitre si il le faut, vous y reviendrez plus tard!
  • Faire un plan! Certains auteurs écrivent sans plan, voire sans préparation, ou peu. De mon côté, j’en suis incapable, j’ai besoin d’une trame, d’un plan de mon roman, de savoir où je vais. Bien sûr, je modifie des choses au fur et à mesure, j’ajoute, je retire, je modifie. L’histoire n’est jamais figée, mais j’ai besoin d’avoir un plan de chaque chapitre avec une idée de ce que je vais mettre dans chacun d’eux. Si vous avez tendance à vous retrouver bloqué en plein milieu de l’histoire c’est que vous n’avez peut-être pas suffisamment travaillé l’histoire en amont. Il faut donc reprendre le projet et le détailler.
  • Ne pas se culpabiliser ou se rabaisser. Tous les auteurs peuvent connaitre la page blanche ou la panne d’écriture. Et alors? Tant pis! Ce n’est pas irréversible, ce n’est pas grave. ça peut arriver. Peut-être que l’histoire est bancale, peut-être qu’il vous manque un élément clé, peut-être que vous avez d’autres soucis, peut-être que vous êtes occupé ailleurs. C’est la vie! Soufflez, ne culpabilisez pas et revenez-y plus tard!
  • Prendre du plaisir! Demandez-vous pourquoi vous écrivez, pourquoi vous avez commencé. Oubliez le nombre de ventes, de lecteurs, les commentaires, la concurrence. Pensez plaisir! Écrire doit absolument demeurer un plaisir, une envie de coucher les mots sur le papier en faisant abstraction de tout autre enjeu! Il n’y a rien de pire que de bloquer l’écriture en raison de la pression que l’on s’impose!
  • Fixez vous de petits objectifs. Si vous avez besoin d’un cadre clair, fixez vous des objectifs: ce soir j’écris telle scène. Avant la fin de la semaine, j’écris tel chapitre. Avant la fin du mois, je dois avoir écrit 20 pages. Bref avancez par palier si l’organisation vous aide à concrétiser vos projets.
  • Ne pas vouloir écrire à tout prix la scène parfaite. Parfois on peut aussi se bloquer par envie de bien faire, de trop bien faire! Il ne faut pas être perfectionniste. Attention, cela ne veut pas dire qu’il faut se contenter du « moins bien  » et ne pas tenter de s’améliorer. Mais il ne faut pas chercher le texte absolument parfait. Il faut faire de son mieux, s’entourer des bonnes personnes, travailler son texte mais tout cela prend du temps. On ne peut pas obtenir le Saint Graal au premier jet. Écrivez, lancez-vous et puis vous relirez, modifierez, corrigerez plus tard!
  • Parlez de votre histoire… à vous-même. Essayez d’expliquer l’idée, où vous voulez en venir, quel message vous souhaitez transmettre. Dites le à voix haute. Parlez comme si quelqu’un vous écoutez. Pour moi ça fonctionne! Dire à voix haute, oblige à essayer d’être concis, plus clair, plus organisé que lorsque nous pensons et que tout s’emmêle dans notre tête! (Ne faites pas comme moi, évitez de parler seul dans la rue… Les gens vous regardent toujours bizarrement :p).
  • Changer vos habitudes. Vous écrivez le matin? Ecrivez l’après-midi! Vous avez l’habitude d’écrire dans votre bureau/chambre/salon, changez de pièce. Vous avez besoin de silence, d’être seul. Allez dans un café. Bref, cassez la routine, les habitudes et changez d’air!

 

Et moi?

Eh bien, de mon côté, je dois l’avouer, je ne connais pas de vraie panne d’écriture. La raison? J’ai besoin de créer un plan clair et organisé avant de commencer l’écriture. Je sais donc où je vais, ce que je dois dire dans chaque chapitre etc. Même si comme je l’ai dit plus haut, tout évolue au fil du livre. Malgré tout, je connais le doute du chapitre 20! Vous ne connaissez pas? C’est normal, c’est mon truc à moi haha. Quand j’arrive au chapitre 20 (et je vous assure que ça m’est arrivé pour mes 4 livres), j’ai un coup de mou, une sorte de doute ultime, du style: mince est-ce que mon histoire est bien, c’est un peu lent là, mais est-ce que les lecteurs vont aimer, j’ai l’impression que c’est nul… Bref, je doute toujours au chapitre 20. En principe, le doute ne dure pas car grâce à mon plan, j’enchaîne sur la suite de l’histoire dans les jours qui viennent. Parfois, je ressens le besoin de relire les chapitres précédents voire le livre depuis le début pour me rassurer.

 

 

Seule exception, mon quatrième roman…

Pour vous ré-expliquer brièvement, après Maintenant et à jamais (mon premier roman) j’ai écrit une histoire, et j’ai tout stoppé au chapitre 20. Je n’ai pas abandonné mon projet, non, je l’ai mis de côté. Pourquoi? Car je savais qu’il manquait un truc essentiel à mon histoire mais je n’arrivais pas à mettre le doigt dessus. Je ne voulais pas continuer tant que je n’avais pas trouvé l’élément manquant. J’ai donc écrit Contre vents et marées car l’idée me trottait dans la tête et j’avais très envie de l’écrire. Puis mon troisième roman qui paraitra le 3 octobre. Et je compte bien me pencher sur ce quatrième roman (anciennement deuxième roman haha) cet été! Car oui, je le dis, j’ai enfin trouvé l’idée qui me manquait et je pense que maintenant je peux retravailler ce texte et le terminer. Et il m’a quand même fallu un an de pause avant de pouvoir le reprendre… Comme quoi… Parfois, il vaut mieux passer à autre chose plutôt que se forcer! 😉

 

En conclusion, j’espère que ces quelques idées vous aideront à vous débloquer si un jour vous connaissez l’angoisse de la page blanche. Tout ce que je peux vous dire, c’est amusez-vous, écrivez ce que vous aimez et le reste on s’en fout! ♥

 

À bientôt,

Audrey

Les publicités Facebook

Les publicités Facebook

 

Bonjour chers lecteurs,

 

Aujourd’hui, je voulais vous parler des publicités Facebook! J’en ai beaucoup entendu parler au cours de ces derniers mois, et même si je me fie souvent à l’avis de mes collègues auteurs qui ont tenté l’expérience avant moi, j’aime bien me forger aussi ma propre opinion, j’ai donc décidé un jour de tester une publicité payante facebook. Hors de question de dépenser une fortune, mais je voulais tenter, je viens donc faire un petit bilan avec vous.

 

J’ai créé un post facebook avec une jolie image et quelques informations sur mon premier roman Maintenant et à jamais. Des éléments qui se veulent attractifs et rassurants pour les lecteurs. Et puis, je me suis dit, allez pourquoi ne pas tenter une publicité, pour voir…

Voici ma publication et l’image associée.

Et voici le résultat après une semaine de publicité:

 

J’avais ciblé des femmes de 18 à 65+ ans qui vivent en France. Rien de trop sélectif (peut-être était-ce préférable? Je ne sais pas vraiment).

Au niveau de mes ventes, aucun changement durant cette période, mon roman s’est vendu autant que d’habitude, ni plus, ni moins. Sur le long terme, peut-être… ? À voir… Avec 19 partages quand même, je suis étonnée, du peu d’impact!

Au niveau des résultats facebook:

  • 19 partages
  • 3 commentaires (inutiles?!)
  • 51 j’aime
  • 89 interactions (Késako?!)
  • 904 personnes atteintes (mouhaha!)

 

 

En conclusion, je ne suis toujours pas convaincue par les publicités facebook. Je n’ai pas croisé une seule personne qui m’a confirmé l’impact positif de ces promotions. Peut-être y a-t-il des astuces à connaitre…? J’ai hâte d’en apprendre plus alors si ça a marché pour vous, n’hésitez pas à me contacter par commentaire ou par mail car je serais ravie d’échanger avec vous.

À bientôt,

Audrey

 

Corriger son roman

Corriger son roman

 

Bonjour chers lecteurs,

 

Aujourd’hui, nous parlons correction!

Vous avez passé des mois à réfléchir, écrire, corriger, effacer, recommencer votre histoire, et ça y’est! L’histoire est bouclée, relue, re-relue, vous allez passer à l’étape suivante: la correction de votre manuscrit.

Aïe! En général, ce n’est pas le moment que préfère l’auteur. Plusieurs solutions s’offrent à vous, soit vous passez par un correcteur professionnel ou un correcteur de votre entourage, soit vous le corrigez vous-même!

Parfois, certains auteurs préfèrent aussi faire un petit passage correction avant de l’envoyer au correcteur afin d’enlever le plus gros des fautes, en le relisant soi-même ou en s’aidant d’un logiciel.

Malgré tout, corriger un manuscrit n’est pas si simple, d’autant plus si vous l’avez écrit. Pourquoi? Pour plusieurs raisons!

  • D’une part, vous connaissez votre histoire, vous l’avez travaillée, re-travaillée, votre oeil va donc survoler le texte, parfois même sans le vouloir.
  • Vous n’êtes pas forcément ultra calé en orthographe/ conjugaison/ concordance des temps etc… Pour l’orthographe, un petit tour sur Google et c’est réglé, mais quand on entre dans les règles de grammaire, de conjugaison, d’accord, de concordance des temps etc, on peut vite être dépassé!
  • L’oeil humain corrige lui-même les fautes afin de rendre la lecture possible et agréable. Il manque une lettre, hop, l’oeil corrige automatiquement et vous passez outre. (Je l’ai testé en classe avec mes élèves et c’est impressionnant!)

 

Pour vous aider, je vais vous donner quelques conseils, qui je l’espère vous permettront de corriger vous-même votre roman, si vous ne pouvez pas ou ne souhaitez pas passer par un correcteur extérieur, ou si vous voulez simplement faire un premier tour avant envoi au correcteur.

  • Ne pas corriger son roman tout de suite. Tout comme pour les relectures, il vaut mieux laisser reposer son histoire. Passer à autre chose, voire même un autre projet, en bref, faire un break afin de revenir avec un oeil neuf. Votre histoire sera moins fraiche dans votre esprit.

 

  • Multiplier les supports. L’oeil ne repère pas les mêmes choses si vous changez de support, alors n’hésitez pas à travailler sur ordinateur, sur liseuse avec pourquoi pas un carnet à portée de main et enfin sur papier, en imprimant votre manuscrit afin de l’annoter.

 

  • Commencer par la fin. Oui oui, pour ne pas être emporté par l’histoire et finir en énième relecture, il faut prendre les chapitres à l’envers. Commencez donc par la fin! Certains vous conseilleront même de lire les chapitres à l’envers, ceci me parait un peu plus compliqué mais ce n’est pas impossible.

 

  • Utiliser un logiciel pour s’aider. Je vous recommande Antidote car je l’ai testé et je l’utilise pour mes propres romans. Attention, toutefois, un logiciel ne peut remplacer l’oeil humain, il n’est qu’une aide, un secours qui permet de repérer pas mal d’erreurs. Ce qui me plait le plus dans ce logiciel c’est qu’il traque les répétitions et les verbes ternes. Le genre de choses qu’on ne voit pas tellement en relisant.

 

  • Lire à haute voix! Pour corriger, cela aide vraiment beaucoup, ne vous contentez pas de lire dans votre tête! Vous risquez de ne pas être suffisamment concentré et de ne pas repérer les soucis de sonorité ou de répétition.

 

  • Je vous conseille vivement de passer par un correcteur extérieur et je dirais même plusieurs correcteurs. Quelqu’un qui ne connait pas votre histoire et qui pourra vous épauler dans cette étape, car je le répète, il est très difficile de voir ses propres fautes. Pas besoin de se ruiner. Je sais que certains correcteurs ont des tarifs assez onéreux et qu’il n’est pas toujours évident pour un auteur indé de dépenser de telles sommes. Malgré tout, dans le lot, il existe des correcteurs bénévoles ou des correcteurs qui proposent des tarifs abordables pour les indés. Petit conseil toutefois, quand vous choisissez un correcteur, essayez de voir avec qui il a travaillé, s’il a des « références » afin de ne pas être déçu du travail fourni, travail qui vous ferait perdre du temps et surtout qui pourrait vous porter préjudice. Et je précisais plusieurs correcteurs car les correcteurs ne repèrent pas tous les mêmes choses et surtout l’humain n’est pas infaillible, et avec plusieurs correcteurs, il y a moins de chance de manquer des erreurs.

 

J’espère que cet article vous aura aidé. N’oubliez pas que je propose aussi mes services de rédaction, bêta-lecture et correction avec des tarifs très abordables, spécialement pour les indés. C’est ICI pour avoir des informations supplémentaires. N’hésitez pas à m’envoyer un petit mail! 🙂 Le planning se remplit vite, il faut donc réserver à l’avance désormais. ^^

Je vous souhaite de belles heures de correction en compagnie de vos manuscrits!

 

À bientôt,

Audrey

Envoyer son livre à la BNF

Envoyer son livre à la BNF

 

Bonjour chers lecteurs,

Lorsqu’on publie un livre au format papier, nous avons l’obligation de l’envoyer à la Bibliothèque Nationale de France. Pourquoi? Comment? Je vais tout vous expliquer!

 

La BNF, qu’est-ce que c’est?

La Bibliothèque nationale de France (BnF), ainsi dénommée depuis 1994, est la bibliothèque nationale de la République française. Première institution chargée de la collecte du dépôt légal, à partir de 1537, elle est la plus importante bibliothèque de France et l’une des plus importantes au monde. La Bibliothèque nationale de France comporte quatorze départements et plusieurs collections principalement conservées sur ses quatre sites parisiens. L’ensemble des collections conserve environ 40 millions de documents imprimés et spécialisés. Ses collections, qui s’accroissent d’environ 670 000 documents par an, par le dépôt légal et par acquisition, s’élèvent à un nombre total de 14 millions de livres et d’imprimés.

La BnF a une mission de collecte, d’archivage et d’entretien (conservation, restauration), en particulier de tout ce qui se publie ou s’édite en France, mais aussi des activités de recherche et de diffusion de la connaissance, grâce notamment à l’organisation régulière d’expositions à destination du grand public, et de multiples manifestations culturelles, conférences, colloques, concerts, dans ses locaux et sur son site internet.

 

 

Et le dépôt légal?

Inscrite dans le Code du patrimoine, l’obligation de dépôt légal est l’obligation pour tout éditeur, imprimeur, producteur, importateur, de déposer chaque document qu’il édite, imprime, produit ou importe, à l’un des organismes dépositaires du dépôt légal.

Le dépôt légal est conçu comme la mémoire du patrimoine culturel diffusé sur le territoire national et englobe donc des œuvres étrangères éditées, produites ou diffusées en France.

Le dépôt légal d’un document à la BnF permet d’assurer :

  • Sa collecte et sa conservation
  • La constitution et la diffusion de notices bibliographiques
  • Sa consultation en Bibliothèque de recherche
  • L’enrichissement des fonds de bibliothèques partenaires pour les documents imprimés

Comment déclarer?

Dépôt légal des documents imprimés : depuis le 21 mars 2015, un exemplaire suffit: les éditeurs déposent à la BnF un seul exemplaire de leurs publications imprimées au lieu de deux.

1/ Pour pouvoir déclarer, il faut se rendre à l’adresse suivante: http://depotlegal.bnf.fr
Ce service est gratuit et permet de suivre étape par étape l’avancée de ses démarches.
2/Vous devez créer un compte sur le site. Ensuite, sur votre espace, en haut à gauche, il faut cliquer sur « Remplir une déclaration de monographie « 

 

3/Vous allez devoir remplir un formulaire indiquant le titre du livre, la date de parution, les coordonnées de l’auteur etc

 

 

4/Lorsque vous validez votre formulaire, vous pouvez télécharger une copie de la « déclaration électronique du dépôt légal ». 
5/Ensuite, dernière étape, vous devez envoyer votre exemplaire papier par la poste ou l’amener directement à la BNF.

 

L’adresse est la suivante:
Bibliothèque nationale de France
Dépôt légal – Livres
Quai François Mauriac
75706 Paris Cedex 13

 

En haut à droite de l’enveloppe, à la place du timbre, vous devez indiquer: « Franchise postale – Dépôt légal – Code du patrimoine Art. L132-1 », cela vous permet de bénéficier d’une franchise postale. 
En cas de difficultés avec votre bureau de poste pour la franchise postale, La Poste indique qu’il faut faire référence à la note interne, dite « chartée »,  nommée « Procédures de traitement des envois au titre du Dépôt Légal » et référencée BSCC.PS.A.2016-009.

 

6/Dernière étape, sur votre compte, vous pourrez télécharger « un récépissé électronique de dépôt légal » qui prouvera que la BNF a bien reçu votre livre. Votre statut sera actualisé sur le site.

Voici par exemple l’état de mon compte. Pour mon premier roman, le livre a été reçu et catalogué. Pour mon second, plus récent, il a bien été reçu mais pas encore catalogué.

 

Voilà, j’espère que cette petite explication vous aura aidés. N’hésitez pas à me contacter en cas de problème.
Petite information supplémentaire, en cas de souci ou de question: depot.legal.editeur@bnf.fr
À bientôt,
Audrey

 

%d blogueurs aiment cette page :