L’importance des réseaux sociaux

L’importance des réseaux sociaux

Bonjour la compagnie,

Après quelques articles sur l’écriture vous proposant des moyens pour améliorer son texte, je vous propose un article sur l’autoédition et plus particulièrement sur l’importance des réseaux sociaux.

Alors je vais me concentrer sur les auteurs autoédités, c’est-à-dire les auteurs non édités par une maison d’édition, mais ce serait faux que de penser qu’une fois édité en ME, on n’a plus besoin de faire de promotion sur les réseaux sociaux. En fonction de la renommée de la ME et des moyens mis en place par celle-ci, les RS peuvent être moins importants. La popularité de l’auteur joue aussi beaucoup. Un Musso, par exemple, n’a pas besoin de faire de publicité de son côté. Mais pour tous les autres auteurs, les réseaux sociaux sont aujourd’hui un moyen non négligeable de faire connaître ses écrits, si ce n’est LE moyen indispensable.

Les réseaux sociaux, qu’est-ce que c’est?

Il fut un temps où les RS n’existaient pas. Il fut aussi un temps où on utilisait seulement messenger ou facebook. Et puis, aujourd’hui, un maximum d’applications existent, toutes très différentes, avec des exigences diverses. Il faut les connaître, en maîtriser les codes afin de les utiliser au maximum de leur potentiel.

Voici quelques applications que vous pouvez utiliser:

Facebook: le plus ancien et connu, il regroupe plus de 2 milliards d’utilisateurs. On y trouve des personnes de tous les pages. Les populations plus jeunes se trouvant dorénavant sur d’autres RS, Facebook reste quand même assez actif. Malgré tout, avec les nouvelles règles et les nouveaux algorithmes, les publications sont de moins en moins visibles par nos amis, voire par les gens qui sont abonnés à nos pages. Il est donc difficile de s’y faire connaître. Il faut être très actif sur sa page et avoir des lecteurs fidèles. On peut créer une page, un groupe, ou juste un compte auteur. On peut y partager des photos, des vidéos, des liens et payer pour bénéficier de publicité.

Twitter: mon réseau favori pour sa rapidité, sa fluidité, sa mixité.
Il regroupe plus de 320 millions d’utilisateurs. On trouve des auteurs, des blogueurs, une communauté qui se côtoie au quotidien et qui échange et s’entraide. Il est facile d’obtenir des RT (retweets). J’ai rencontré tous les auteurs autoédités avec lesquels j’ai discuté, travaillé, échangé, sur ce réseau. Je crois qu’il est indispensable à ce jour. Le hic? Le nombre de caractères limités et le temps court au cours duquel un tweet est visible (ça bouge très vite sur Twitter).

Instagram: Un réseau social très difficile à développer, mais qui en vaut la peine. Je trouve l’ambiance beaucoup plus détendue et respectueuse sur instagram, comparé aux autres réseaux. Le hic, il faut savoir faire de très belles photos car le niveau est haut. Si ce n’est pas le cas, votre nombre d’abonnés ne bougera pas beaucoup (et même avec ça, c’est difficile). Il y a tellement de comptes d’auteurs et de blogueurs littéraires que la bataille est rude (haha). J’adore aussi le format story (piqué à Snapchat) qui permet de partager plus de choses sur le quotidien, ses lectures, ses goûts, sa vie personnelle (sans entrer dans le domaine privé non plus) et qui permettent de partager autre chose que de la pub pour ses livres. Le hic? Pas de lien possible dans les publications (en story oui et dans sa bio aussi).

Youtube: Bien évidemment, Youtube propose un format différent. Il s’agit là de partager des vidéos. Évidemment, si vous n’êtes pas youtubeur, difficile de trouver quoi publier. Voici quelques idées: une succession d’images de personnages/lieux de votre roman, un booktrailer, une playlist à écouter en lisant le roman, après la lecture ou que vous avez vous-même écouté en l’écrivant, et pourquoi pas des lectures d’extrait. Si vous avez l’âme d’un youtubeur, vous pouvez aller plus loin et proposer des vidéos conseils, des vidéos qui parlent de vous, de vos livres ou de vos lectures. A vous de trouver votre voie.

Pinterest, c’est une galerie d’images (des boards). C’est réellement une mine d’informations (en tant que professeur,  je l’utilise beaucoup!). Il permet de renvoyer à son site auteur ou aux diverses boutiques sur lesquelles vos livres sont en vente. Je n’y suis pas très active en tant qu’auteur, mais je l’actualise à chaque nouveau roman que je publie. Vous pouvez y épingler vos photos préférées sur un tableau correspondant à un thème de votre choix, en mode public ou privé. Il compte aujourd’hui plus de 250 millions d’utilisateurs.

SnapChat: Snapchat est une application mobile gratuite de partage de photos et de vidéos. On peut aussi partager des vidéos en live comme sur Insta. La particularité de Snapchat est qu’on peut limiter la durée de vie d’un message photo ou vidéo, durée après laquelle le message est automatiquement effacé. Je ne l’utilise pas donc je ne peux pas en dire plus.

Linkedin: C’est est un réseau social professionnel en ligne. Il permet plutôt de mettre en contact des professionnels, de développer son réseau et de nouer des contacts. Il est aujourd’hui très utilisé pour partager des actualités professionnelles, des retours d’expérience ou encore échanger sur des sujets globalement liés au cadre professionnel. On peut aussi y ajouter son CV.

Evidemment, il en existe d’autres, mais certaines n’ont que peu d’intérêt pour les auteurs. J’ai sélectionné les plus utiles. N’hésitez pas à en proposer d’autres en commentaire.

Doit-on être sur tous les RS?

J’ai envie de dire oui et non (ça vous aide, hein!). En fait, je pense que les réseaux sont complémentaires et qu’il vaut mieux en utiliser plusieurs pour toucher plus de monde et développer son lectorat. Mais il ne faut pas non plus s’éparpiller au risque de perdre en efficacité. Ne vous forcez pas, ne perdez pas des heures sur tous les réseaux, choisissez-en certains, voire un seul si vous n’êtes pas à l’aise ou peu adeptes des RS. Commencez petit et augmentez votre présence et le nombre de réseaux progressivement. En gros, trouvez votre rythme et vos réseaux favoris.

Aperçu de mon compte Youtube

À quelle fréquence faut-il publier?

Tous les jours! C’est bête à dire et ça semble chronophage et fastidieux (ça l’est!), mais il n’y a pas de secret, il faut être présent! Et à l’heure de l’addiction aux RS, c’est presque plus dur de s’en passer que de publier. Si vous n’y arrivez pas, préférez un jour sur deux ou trois fois par semaine, mais surtout soyez régulier! Ne faites pas l’erreur de publier pendant une semaine, puis de disparaître pendant deux semaines, puis de revenir trois jours et de disparaître à nouveau. Cela n’aidera pas à développer votre lectorat. Il vaut mieux ne publier que trois fois par semaine toutes les semaines que de s’absenter pendant des jours ou des semaines entières. Bien sûr, la vie peut en décider autrement et il y a des cas particuliers, ici je vous parle d’un rythme à adopter dans l’idéal.

Programmer ses publications

Ouf! Rassurez-vous, vous devez être présent, mais pas forcément physiquement et en direct. Alors oui, il faut passer sur les RS, il faut échanger avec les gens, répondre aux commentaires, RT ou partager les promos des copains. Vous pouvez aussi partager en direct live sur l’écriture, votre quotidien ou tout autre sujet, mais pour vos publications régulières, vous pouvez programmer! Je l’utilise depuis plus d’un an maintenant (peut-être plus) et c’est idéal. En gros, chaque samedi, je prends une demi-heure à une heure pour programmer mes publications de la semaine suivante. Une publication par jour. Pour Instagram et Facebook, j’utilise Buffer (version gratuite, mais la version payante permet de gérer plus de comptes – pour facebook vous pouvez aussi programmer directement sur votre page (je le faisais avant, mais ça m’obligeait à programmer sur trois environnements différents!), et pour Twitter, j’utilise TweetDesk (à savoir que depuis quelques semaines, je ne prends plus le temps de programmer sur Twitter, je copie ma publication insta le matin et je la colle sur Twitter en la raccourcissant).
C’est vraiment un gain de temps durant la semaine! Il faut penser à programmer évidemment, mais ça vaut le coup! Je sais qu’il existe d’autres sites ou applications, mais je n’ai pas trouvé mon bonheur ailleurs que sur ces deux-là. Et rien ne vous empêche d’ajouter des publications en direct quand vous le souhaitez, mais vous savez que dans tous les cas, vos réseaux seront animés!

Aperçu de Buffer

Qu’est-ce que je dois publier?

Vaste question! Plusieurs choses sont possibles, voici quelques idées:

  • Des photos de vos livres
  • Des avis de lecteurs
  • Des chroniques de blogueurs
  • Votre actualité
  • Des questions à vos abonnés
  • Des informations sur vous ou vos livres
  • Les nouveaux commentaires Amazon ou Kobo
  • Les promotions (baisse de prix etc)
  • La sortie d’un nouveau roman
  • Des extraits
  • Des citations
  • Des anecdotes sur l’écriture
  • Des interviews
  • Vos lectures

En bref, trouvez votre rythme, choisissez des publications qui vous plaisent et demandez-vous aussi ce qu’attendent vos abonnés (lecteurs et auteurs). Mais n’oubliez pas de partager des publications de qualité. Enfin, faites attention à l’image que vous souhaitez donner. Ce n’est pas un compte personnel, mais un compte auteur que vous devez promouvoir.
Certains auteurs rechignent à mettre une photo d’eux, je peux le comprendre pour ceux qui font un métier particulier ou qui écrivent dans des genres tels que l’érotisme. Pour les autres, je vous conseille d’ajouter une photo de vous en photo de profil. Cela crée un lien et les lecteurs se sentiront plus proches de vous. Et n’hésitez pas à parler un peu de vous, de votre quotidien, de l’écriture. Il ne faut pas tomber dans l’extrême en ne partageant que de la publicité pour vos livres! Ce serait lassant pour vos abonnés.

Aperçu de mon compte Pinterest

Est-ce que je peux m’en passer?

NON, NON et re-NON!

Je parle avec le recul, après deux ans d’autoédition. Je n’ai pas à me plaindre de mes ventes, j’ai trouvé un lectorat, certaines lectrices fidèles me suivent depuis un moment, d’autres sont plus récentes. Je fais partie d’une belle communauté d’auteurs et je suis convaincue qu’il ne faut pas se passer des RS. Ils nous sont indispensables car nous n’avons que trop peu d’autres moyens de communiquer. Certains auteurs font des salons, des dédicaces, soit, c’est un autre canal de diffusion. De mon côté, je n’en fais pas et je me contente d’Amazon et des RS et ça marche!

Je vois beaucoup d’auteurs, sur les groupes facebook notamment, qui se plaignent de leurs ventes, qui ne comprennent pas pourquoi ils ne vendent pas, pourquoi ça ne décolle pas etc C’est simple, c’est de l’investissement! Ça prend du temps, de l’énergie, il faut être présent, il faut être régulier, il faut travailler dur (évidemment d’autres éléments entrent en ligne de compte). Les RS sont un moyen de se faire connaître, mais il faut les comprendre, les connaître, les apprivoiser et savoir les utiliser au mieux.

Aperçu de mon compte Instagram

N’oubliez pas les hashtags

Twitter est le Roi des #, même si Insta le talonne. Les hashtags sont essentiels et permettent à votre publication d’être repérée par des personnes qui ne font pas forcément partie de vos abonnés. Regardez les # qui marchent sur des comptes similaires aux vôtres, créez aussi des #. On a vu les #vendredilecture #jeudiautoédition #mardiconseil #dimancheromance #samedidecommenter prendre de l’ampleur ces derniers temps, car ils sont suivis par les auteurs et les blogueurs qui se prennent au jeu. Chacun veut gagner en visibilité et donne de la visibilité aux autres par la même occasion, c’est du donnant-donnant et même du gagnant-gagnant.

Alors, n’hésitez pas et lancez-vous!

Par contre, ne vous amusez pas à chercher un # populaire (vous pouvez trouver la liste chaque jour sur Twitter) mais qui n’a rien à voir avec vos livres. Ça n’aurait aucun intérêt.

Aperçu de mon compte Twitter

Bilan personnel

Je pense que ce sont les réseaux sociaux qui m’ont permis de gagner en visibilité au fil des mois. Tout ne s’est pas fait en un mois, ni même en deux ou trois, ça a pris beaucoup plus de temps. J’ai aussi croisé la route d’auteurs et blogueurs avec lesquels je suis toujours en contact, même deux ans après. Les RS permettent de nouer des relations qui peuvent être durables. Alors évidemment, publier des livres régulièrement, avoir des lecteurs fidèles, écrire des livres de qualité, bénéficier de promotions ou de pub amazon, tout cela aide aussi à développer son lectorat et à gagner en visibilité, mais ne délaissez pas les RS, ils sont bien trop précieux pour les autoédités. Amazon, c’est une immense jungle avec des milliers de titres. Difficile de tirer son épingle du jeu, mais grâce aux réseaux, vous pouvez y arriver.

Mes réseaux, si vous voulez me rejoindre ^^

Page facebookCompte facebookTwitterInstagramPinterestYoutube

A bientôt,

Audrey

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :